Devant le coût de la dialyse, la Cour des comptes préconise la greffe de rein

Publié le 27 Fév, 2020

Selon le rapport public annuel 2020 de la Cour des comptes, « le recours à la greffe de rein n’est pas assez développé pour les patients en insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) ». Selon elle, cette solution est « largement meilleure que la dialyse, tant pour la qualité de vie des malades que sur le plan financier ». « Un patient bénéficiaire d’une greffe coûte en effet à la collectivité environ 14 000 euros par an contre plus de 60 000 euros pour un patient sous dialyse. » Pour le Dr José Brasseur, président du Syndicat des néphrologues libéraux, « la Cour des comptes a, une fois de plus, une vision purement comptable ».

 

L’IRCT concerne « un nombre croissant de patients » : « plus de 87 000 étaient traités pour IRCT » fin 2017, contre « 73 500 en 2015 », date à laquelle la Cour s’était déjà penchée sur le sujet. Avec « un coût de prise en charge de 4,18 milliards d’euros pour l’assurance maladie », dont la croissance des dépenses « reste portée par la dialyse ».

« 45% des patients souffrant d’IRCT ont bénéficié d’une greffe rénale », un chiffre en hausse mais « inférieur à celui de nos voisins européens ». Et un chiffre qui, « après avoir fortement augmenté entre 2013 et 2017 », a « légèrement diminué depuis 2018 ». En cause notamment : « une diminution des greffes à partir de donneurs vivants ».

Pour « inverser la tendance », la Cour des comptes formule plusieurs recommandations : « généraliser l’inscription des patients atteints d’IRCT sur les listes d’attente de greffe », et l’examen par les pouvoirs publics « des causes d’opposition aux prélèvements d’organes chez les personnes décédées » ainsi que l’encouragement au don vivant.

Pour aller plus loin :

Don d’organes : moins de transplantations en 2019 ?

Vers une rémunération des donneurs de rein ?

Etats-Unis : « Un organe imparfait vaut mieux que pas d’organe du tout »

Les donneurs de reins vivants plus susceptibles de développer de l’hypertension

Le CHU d’Angers jugé pour avoir prélevé un rein sans le consentement du donneur

 

AFP (25/02/2020) – Le Quotidien du Médecin, MF (27/02/2020) – Journal International de Médecine, Quentin Haroche (26/02/2020)

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres