Deux études pourraient modifier les recommandations de l’OMS concernant l’IVG

Publié le : 8 avril 2015
Deux études internationales menées par des chercheurs de l’institut suédois Karolinska pourraint constituer la base de nouvelles recommandations internationales pour l’avortement médical et les fausses couches, d’après Santé Log.
 
Elles concluent, pour l’une, que les sages-femmes «ont les compétences nécessaires à la prise en charge des avortements incomplets et des fausses couches» [1] et, pour l’autre, qu’ «un home-test suffit à confirmer l’efficacité d’une IVG médicamenteuse» [2].
 
Ces conclusions ont une portée particulière pour les systèmes de santé qui manquent de personnel médical et pour «les pays à faibles revenus dans lesquels les sages-femmes sont plus nombreuses que les médecins».
 
Ces nouvelles données «seront prises en compte dans les prochaines lignes directrices de l’Organisation Mondiale de la Santé» et pourraient «constituer la base de nouvelles recommandations de l’OMS», notamment en vue de «permettre d’instaurer une pratique clinique plus légère de suivi des IVG médicamenteuses», rapporte Santé Log.
 
 
 
 

 

<p>Santé Log 07/04/2015 ; The Lancet (27/03/2015 et 21/02/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres