Des plaquettes sanguines produites à partir de cellules iPS humaines

Publié le 3 Déc, 2010

Au Japon, une équipe de chercheurs, menée par le Pr. Koji Eto, a réussi à produire des plaquettes sanguines à partir de cellules iPS humaines : c’est une première mondiale. Certaines maladies entrainent une baisse du taux de plaquettes (ou thrombocytes) dans le sang et font courir aux personnes des risques d’hémorragie, les plaquettes ayant un rôle essentiel pour le processus de coagulation. Des transfusions régulières de plaquettes sont nécessaires à certains patients mais les plaquettes transfusées sont parfois détruites par le système immunitaire des patients receveurs ; de plus, un approvisionnement important de plaquettes n’est pas aisé.

Pour y remédier, les chercheurs ont utilisé des plaquettes issues d’iPS obtenues à partir du patient et qui sont donc compatibles avec son système immunitaire. Ils ont prélevé des cellules de peau qu’ils ont reprogrammé en iPS par l’insertion de 4 gènes, puis ils ont cultivé ces cellules iPS dans un milieu renfermant des facteurs favorisant leur différenciation en plaquettes. Les chercheurs ont ensuite injecté ces plaquettes à des souris préalablement modifiées génétiquement  pour en produire en quantité insuffisante. Ils ont observé que les plaquettes qui se sont développées ont révélé un comportement normal.

Ces résultats font penser à une application future à l’homme, après résolution de deux questions : l’élaboration d’une technique de production massive de ces plaquettes induites et la vérification de leur innocuité.

Bulletins Electroniques Japon (Jean-Baptiste Bourdin) 02/12/10

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres