Des cochons génétiquement modifiés pour pallier le manque de greffons humains ?

Publié le : 12 mars 2018

Une équipe de chercheurs de l’Université Meiji et de l’Université préfectorale de Kyoto, utilisent des cellules souches humaines pour développer des organes dans des porcs  «concepteurs». Les porcs sont les premiers animaux à avoir été développés pour la xénotransplantation[1].

 

Ces chercheurs ont collecté des cellules souches pluripotentes induites (iPS) chez un malade, et les ont injectées dans des embryons de « porcs concepteurs »,  génétiquement modifiés pour ne pas avoir de pancréas.

 

L’objectif est de fournir des organes pour des greffes vitales qui soient transplantables à l’homme pour pallier le manque de greffons disponible.

 

Les scientifiques espèrent fournir les porcs à une entreprise privée au début de l’année prochaine.

 

[1] Le transfert de cellules, de tissus ou d’organes vivants d »une espèce animale à une autre.

<p>DailyMail ( 08/3/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres