Des cochons génétiquement modifiés pour pallier le manque de greffons humains ?

Publié le 12 Mar, 2018

Une équipe de chercheurs de l’Université Meiji et de l’Université préfectorale de Kyoto, utilisent des cellules souches humaines pour développer des organes dans des porcs  «concepteurs». Les porcs sont les premiers animaux à avoir été développés pour la xénotransplantation[1].

 

Ces chercheurs ont collecté des cellules souches pluripotentes induites (iPS) chez un malade, et les ont injectées dans des embryons de “porcs concepteurs”,  génétiquement modifiés pour ne pas avoir de pancréas.

 

L’objectif est de fournir des organes pour des greffes vitales qui soient transplantables à l’homme pour pallier le manque de greffons disponible.

 

Les scientifiques espèrent fournir les porcs à une entreprise privée au début de l’année prochaine.

 

[1] Le transfert de cellules, de tissus ou d’organes vivants d”une espèce animale à une autre.

DailyMail ( 08/3/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres