Des chercheurs rajeunissent des cellules de souris in vivo

Publié le 11 Mar, 2022

Des chercheurs de l’université de Californie à San Francisco en partenariat avec l’entreprise Genentech sont parvenus à « reprogrammer partiellement des cellules de souris in vivo et à les rajeunir d’un point de vue phénotypique ». Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Aging [1].

Une reprogrammation cellulaire

Les souris ont été génétiquement modifiées en mettant en œuvre les « facteurs de reprogrammation de Yamanaka »[2]. De cette façon, les chercheurs ont pu inverser « les modifications épigénétiques qui s’accumulent dans les cellules au fil des mitoses, afin de restaurer leur “jeunesse » [3].

Seuls des résultats « de courte durée » avaient pu être obtenus jusqu’à présent. Avec cette recherche, les scientifiques ont examiné « les effets d’une utilisation à plus long terme de ces facteurs de reprogrammation sur la physiologie des souris ». Les chercheurs ont observé que les protocoles de traitement long [4], permettant de « remonter l’horloge épigénique », avaient conduit à « une moindre expression de gènes impliqués dans l’inflammation, la sénescence et la réponse au stress ». Les traitements courts n’ont pas donné de « résultat significativement différent du groupe contrôle ».

Un effet sur les reins et la peau

« Dans les reins et la peau, les capacités de prolifération cellulaire étaient mieux conservées chez les souris traitées que chez les souris contrôle ». Des résultats « plus significatifs » avec une exposition longue. La reprogrammation sur des durées importantes « contribue à la préservation d’une peau plus élastique et moins différenciée », indiquent les chercheurs. Mais la vitesse de cicatrisation n’était pas modifiée sensiblement.

« Nous en concluons qu’une reprogrammation partielle ne présente pas de danger chez les animaux (…) et retarde efficacement les altérations du phénotype liées à l’âge », jugent les auteurs. Mais « de nombreuses questions précliniques » demeurent, « avant même d’envisager une thérapie anti-sénescence » : « l’impact sur le micro-environnement cellulaire, les effets sur d’autres organes que ceux étudiés, la fenêtre d’opportunité selon l’âge ou encore une plus grande sensibilité à ce type de traitement chez les souris femelles ».

 

[1] Heinrich Jasper, In vivo partial reprogramming alters age-associated molecular changes during physiological aging in mice, Nature Aging (2022). DOI: 10.1038/s43587-022-00183-2www.nature.com/articles/s43587-022-00183-2

[2] Oct4, Sox2, Klf4 et c-Myc

[3] Leur âge biologique a été évalué à partir du « degré de méthylation de leur génome ».

[4] « Les animaux ont été soumis à deux régimes longs (un de 7 mois commençant à l’âge de 15 mois, ou de 10 mois commençant à l’âge de 12 mois), ou à un régime court (un mois commençant à l’âge de 25 mois). Un groupe contrôle génétiquement modifié mais non exposé au déclencheur était prévu dans l’expérimentation »

Source : Le Quotidien du médecin, Damien Coulomb (08/03/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?
/ Fin de vie

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?

Mardi, Agnès Firmin Le Bodo a lancé un « atelier culture palliative » pour repenser la stratégie en matière de ...
ia_-_istock-636754212
/ Génome

Une IA pour accélérer le développement de thérapies géniques

Des chercheurs ont conçu un programme d'intelligence artificielle afin de produire des « protéines personnalisables » appelées doigts de zinc ...
Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur
/ IVG-IMG

Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur

L’avortement est désormais possible « pour n'importe quelle raison pendant les 9 mois de la grossesse », indique la sénatrice Julia Coleman ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres