Des cellules souches adultes pour régénérer la peau

Publié le : 13 juin 2006

L‘équipe de Michèle Martin* publie dans la revue scientifique Stem Cells leurs travaux sur la présence de cellules souches dans des cultures de peau humaine.

Aujourd’hui, les grands brûlés sont traités par greffe, à partir d’un prélèvement de leur propre peau. Mais l’épiderme n’est régénéré qu’imparfaitement. La greffe de cellules souches permettrait une régénération plus rapide et une meilleure qualité de la peau.

Les chercheurs ont mis au point une technique permettant d’isoler les cellules souches à partir de kératinocytes (cellules de l’épiderme) d’adultes. Michèle Martin explique "une fois isolées, nous avons démontré que ces cellules souches avaient un potentiel de prolifération extraordinaire. Elles sont capables en culture de générer une descendance à même de recouvrir la totalité du revêtement cutané d’un être humain, soit près de deux mètres carrés, à partir d’un petit prélèvement de peau équivalent à deux timbres-poste". Ces cellules peuvent également reformer un épiderme pendant douze mois alors que les kératinocytes en sont capables seulement pendant 30 jours.

Les tests sur l’animal vont être effectués à partir de souris "Nod-Scid" à peau humanisée. Chez l’homme, la greffe de cellules souches adultes issues de kératinocytes serait une alternative prometteuse pour le traitement des grands brûlés et de certains cancers de la peau.

Ces recherches relancent "l’intérêt des recherches sur les cellules souches adultes, une alternative éthiquement correcte" par rapport aux cellules souches embryonnaires ou au clonage thérapeutique à "l’objectif lointain".

Les cellules souches (embryonnaires ou adultes) sont à la base de la médecine régénératrice. Aujourd’hui, les perspectives de recherche sur les cellules souches adultes sont "très prometteuses" car ces cellules semblent être dotées de vraies potentialités de différenciation et donc être capables de donner naissance à d’autres types de tissus (cf. revue de presse du 13/04/06).

* chercheurs du service de génomique fonctionnelle du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Le Figaro (Catherine Petitnicolas) 13/06/06

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres