Décryptage de la « prière nationale pour l’Assomption » par le cardinal Barbarin

Publié le : 28 août 2012

A l’occasion de la fête de l’Assomption, le cardinal André Vingt-trois, président de la conférence des évêques de France, a proposé une prière "concernant les dirigeants politiques et économiques mais qui touche deux thèmes très sensibles que sont le mariage gay et l’euthanasie", précise le journaliste du quotidien Le Figaro.

Interrogé afin de savoir si "cette prière pour la France est [ou non] politique", le cardinal Barbarin précise que "la prière a aussi une dimension politique", ajoutant que "jamais notre prière n’a fait abstraction des questions de la vie sociale, encore moins des souffrances des hommes. On peut dire que notre prière est marquée par les conditions de vie de la société dans laquelle nous nous trouvons". Ainsi, précise-t-il, "nous prions pour les gouvernants et les législateurs, espérant que chacun cherchera d’abord le bien de tout un pays, des générations futures et suivra la voix de sa conscience plus que la ligne de son parti".

Puis, interviewé sur le mariage homosexuel et l’adoption des enfants par ces couples, Mgr Barbarin explique que l’on "peut prier pour l’engagement des époux, pour les enfants et les jeunes afin qu’ils bénéficient pleinement de l’amour d’un père et d’une mère sans être taxé d’homophobie" espère-t-il.

Enfin, interrogé à propos de l’euthanasie et à la question de savoir comment "l’Eglise catholique envisage-t-elle d’exprimer son opposition formelle sur le sujet" suggérée par ladite prière, le cardinal Barbarin répond qu’une "loi qui justifierait l’euthanasie accréditerait l’idée que certaines vies ne méritent pas d’être vécues". Or, précise-t-il, "notre civilisation reconnaît la dignité inhérente à tous les membres  de la famille humaine", précisant que "c’est la première ligne de la Déclaration des droits de l’homme". Pour le cardinal Barbarin, "l’essentiel, c’est de manifester proximité, fidélité et tendresse à ceux qui passent par la mort".

Interviewé sur France Inter, le porte-parole des évêques de France, Bernard Podvin, a insisté sur "la nécessité d’un ‘débat de société’ selon lui inexistant jusqu’à présent". Pour lui, ajoute la journaliste de l’hebdomadaire La Vie, "l’opposition au mariage des homosexuels ‘ne relève pas seulement de l’Eglise’ " ajoutant que "c’est une question au sens sociologique, anthropologique du terme. Il y a profondément un choix de civilisation qui concerne le modèle familial comme la fin de vie".
 

Le Figaro (Jean-Marie Guénois) 14/08/12 – La Vie (Constance de Buor) 14/08/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres