De plus en plus de chinoises vont à l’étranger pour congeler leurs ovocytes

Publié le : 5 septembre 2016

En Chine, où la médecine reproductive est fortement régulée, la maternité de substitution et les échanges d’ovules sont interdits. Pourtant, de plus en plus de femmes chinoises célibataires « se rendent à l’étranger pour congeler leurs ovules, afin de garder ouvertes leurs options et de contrôler leur rythme de vie ». Aux Etats-Unis, depuis 3 ans, la demande, pour ce type de service, a augmenté chaque année de 10 à 15%.

 

Des entreprises conseils se sont spécialisées dans les services pour « aider les clientes avec leurs demandes de visa, l’accueil à l’aéroport, le logement, les traducteurs et même des chauffeurs sinophones ». De plus, un certain nombre de cliniques américaines ont ouvert des bureaux dans une dizaine de villes chinoises.  

 

Pour autant, comme le rappelle l’article, les résultats ne sont pas forcément au rendez-vous, car le « taux de natalité pour des œufs ‘décongelés’ est tout juste inférieur à 24% ».

<p><a href="http://french.china.org.cn/china/txt/2016-09/02/content_39219344.htm">China.org</a> (02/09/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres