Crime de fertility fraud : les médecins incriminés protégés par la loi sur l’anonymat des donneurs de sperme ?

Publié le 11 Fév, 2019

Médecin spécialiste de la fertilité dans le Vermont aux Etats-Unis, John Coates est accusé d’avoir utilisé son propre sperme pour féconder les ovocytes d’une de ses patientes dans les années 1970. Suite à un test génétique réalisé sur Ancestry.com, qui a révélé l’identité de son père génétique, la fille du couple floridien a poursuivi le médecin le 4 décembre dernier devant un tribunal de district américain.

Cependant, le Dr Coates considère que la loi le protège, car elle interdit aux enfants issus de dons anonymes de faire des tests génétiques pour retrouver leur père. Son avocat a indiqué que « la loi du Vermont interdit l’analyse de paternité par ADN des donneurs de sperme », et que cette loi sur la filiation a justement été conçue pour protéger l’anonymat des donneurs, ce qui les dispenserait de se soumettre à des tests de paternité.

 

Pour aller plus loin :

Un test ADN révèle à une jeune femme que son père biologique est le médecin qui a inséminé sa mère

En Indiana, vers un crime de « fraude à la fertilité » ?

Washington Times (09/02/2019) – Accused fertility doc says law protects him from DNA test

 

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres