Création de cellules souches embryonnaires humaines : le retour du clonage dit thérapeutique

Publié le : 16 mai 2013

La récente découverte de chercheurs américains, publiée dans la revue scientifique Cell, et visant à créer des cellules souches embryonnaires humaines, est annoncée par la presse comme une « avancée majeure pour la médecine régénérative« .
L’équipe du Dr Shoukhrat Mitalipov de l’Université de santé et des sciences d’Oregon, aux Etats-Unis, (Oregon Health & Science University) est parvenue à « créer des cellules souches embryonnaires humaines génétiquement identiques à la personne dont elles sont dérivées« , en utilisant une « technique de clonage« . Pour cela, les chercheurs ont transféré dans un ovule, dont le noyau a été préalablement enlevé, le noyau de cellules de peau d’origines foetales, ou encore le noyau de cellules de peau prélevées sur un nouveau-né âgée de huit mois (atteint du syndrome de Leigh). La revue scientifique Cell précise que pour cette recherche les ovules ont été obtenus auprès de femmes, âgées de 23 à 31 ans, après stimulation ovarienne, .

Selon le Dr Mitalipov, « les cellules souches obtenues par cette technique ont démontré leur capacité à se différencier comme des cellules souches embryonnaires normales en différents types de cellules: nerveuses, hépatiques et cardiaques« . Alors même « qu’il reste beaucoup de chemin à faire avant de développer des traitements…sûrs et efficaces« , il considère tout de même « que cette avancée représente un pas important dans la création de cellules souches pouvant être utilisées en médecine régénérative« .

Le Cardinal de Boston, Sean O’Malley, de la Conférence épiscopale catholique américaine a réagi à cette publication dans un communiqué alertant sur le fait que ces travaux » seront utilisés par d’autres scientifiques cherchant à produire des enfants clonés comme copie d’autres personnes. […] Quel que soit l’objectif, le clonage humain traite les humains comme des produits, manufacturés selon les désirs d’autres personnes« . 

Note de Gènéthique:

L’enthousiasme de la presse faisant écho à cette découverte est à modérer en raison des problèmes éthiques qui en découlent :
Tout d’abord, et contrairement à ce qu’avance la presse, cette découverte créant des cellules souches embryonnaires humaines passe bien par la création d’embryons obtenus non par fécondation mais par clonage. La nouveauté de cette découverte réside dans l’amélioration de la technique de clonage: des chercheurs ont pu récupérer des cellules souches sur un embryon clôné âgé d’une semaine, pour obtenir les cellules embryonnaires humaines. Il y a alors inéluctablement destruction de l’embryon créé.

Cette technique nécessite donc la création d’embryons aux seules fins de recherche, ce qui est interdit en France, par exemple, au nom de l’éthique, que ce soit par fécondation in vitro ou par clonage.

Enfin, il convient de souligner que les nombreux ovules nécessaires à cette découverte ont été obtenus après stimulation ovarienne intensive (prélèvement de 10 ovules par femmes) technique dont on connaît les risques de cancer notamment. La publication précise que celles-ci ont été indemnisées. 

 

 

 

<p>Cell 153 06/06/2013 - Le Quotidien du Médecin (Dr Véronique Nguyen) 16/05/2013 - Lemonde.fr 16/05/2013 - AFP 15/05/2013 - Leparisien.fr 15/05/2013 et 16/05/2013 - rts.ch 15/05/2013 - Lesechos.fr 16/05/2013 - TV5.org 16/05/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres