Corée du Sud : « La pilule du lendemain » uniquement délivrée sur ordonnance

Publié le : 31 août 2012

Le 29 août 2012, le ministère de la Santé de Corée du Sud a annoncé que la délivrance de la contraception d’urgence ou "pilule du lendemain" ne pourrait dorénavant se faire que sur ordonnance médicale, une récente décision de l’agence nationale du médicament étant caduque.
Parmi les "partisans d’une libéralisation du mode de délivrance de la pilule du lendemain figuraient les organisations féministes ainsi que les syndicats de pharmaciens".    
Pour les syndicats de médecins, la décision du ministère de la Santé est positive, certains analystes ayant "souligné que leur position pouvait ne pas être motivée que par l’éthique médicale mais par une défense de leurs intérêts économiques". Selon une étude de la Korea Food and Drug Administration (KFDA), "les ventes de pilules contraceptives  normales ont chuté de 13% en 2004 et 2010, période durant laquelle les ventes de pilule du lendemain se sont envolées de 60%". De ce fait, "les médecins n’avaient […] pas intérêt à voir échapper de leur cabinet de consultation les utilisatrices de pilules du lendemain".
Réagissant à cette décision, l’Eglise catholique considère que "la décision du gouvernement va dans le sens d’une meilleure prise en compte du ‘respect de la vie’ ", et la Commission Pro-Vie de la Conférence épiscopale "a simplement rappelé que ‘la pilule [du lendemain] était un produit abortif qui élimine la vie’ ".
Enfin, il faut rappeler qu’en Corée du Sud, "pays où les naissances hors mariage sont socialement stigmatisées et […] le recours à l’avortement est très fréquent, le débat autour de la pilule du lendemain et la décision gouvernementale du 29 août s’inscrivent dans un contexte ou la dénatalité que connaît le pays devient un objet de préoccupation générale". 
 

Eglasie.mepasie.org 29/08/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres