Contraception : un impact sur l’anatomie du cerveau ?

Publié le 8 Nov, 2023

Des chercheurs canadiens ont étudié les effets à court et long terme de l’utilisation de contraceptifs oraux combinés [1] sur l’anatomie du cerveau, ainsi que le rôle des hormones sexuelles sur les régions liées à la peur [2]. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Frontiers in Endocrinology [3].

Ils ont observé que « les femmes en bonne santé qui utilisent des contraceptifs oraux combinés ont un cortex préfrontal ventromédian plus fin que les hommes ». « On pense que cette partie du cortex préfrontal est le support de la régulation des émotions, comme la diminution des signaux de peur dans le contexte d’une situation sûre, indique Alexandra Brouillard, chercheuse à l’Université du Québec à Montréal et premier auteur de l’étude. Notre résultat pourrait représenter un mécanisme par lequel les contraceptifs oraux combinés pourraient altérer la régulation des émotions chez les femmes ».

Des conclusions à confirmer

Ces effets seraient toutefois réversibles, estiment les chercheurs après avoir étudié le cerveau d’anciennes utilisatrices de contraceptifs. Leurs conclusions restent à confirmer par d’autres études, indiquent-ils [4].

Les effets des hormones sexuelles sur le développement du cerveau, qui se poursuit jusqu’au début de l’âge adulte, sont rarement abordés lors de la prescription de contraceptifs, déplore Alexandra Brouillard. Son équipe travaille actuellement sur l’impact de l’âge du début de l’utilisation et de la durée de l’utilisation. En effet, l’adolescence est une période « sensible » pour le développement du cerveau et ces facteurs pourraient avoir une influence sur la durabilité des effets des contraceptifs.

Plus de 150 millions de femmes dans le monde utilisent des contraceptifs oraux (cf. Contraception gratuite jusqu’à 25 ans : pour quoi ?). Bien qu’elle ne s’oppose pas à l’utilisation de la contraception, « il est important d’être conscient que la pilule peut avoir un effet sur le cerveau » souligne la scientifique.

 

[1] Composés d’hormones de synthèse, ce sont les plus courants.

[2] les circuits neuronaux par lesquels la peur est traitée dans le cerveau

[3] Morphologic Alterations of the Fear Circuitry: The Role of Sex Hormones and Oral Contraceptives, Frontiers in Endocrinology (2023). DOI: 10.3389/fendo.2023.1228504

[4] Les scientifiques ont déclaré qu’« aucune relation de cause à effet ne peut être établie entre l’utilisation de contraceptifs oraux combinés et la morphologie du cerveau » à ce stade, et que la généralisation de leurs résultats à une population générale présente des limites. Ils ont également mis en garde contre le fait qu’il n’est pas possible, pour le moment, de tirer des conclusions à partir des résultats anatomiques quant à l’impact comportemental et psychologique.

Source : Medical Xpress, Frontiers (07/11/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres