Comment faire coexister cultures traditionnelles et OGM ?

Publié le 5 Avr, 2006

La Commission européenne et la présidence autrichienne de l’Union organisent jusqu’à demain à Vienne, une conférence sur le thème : “coexistence entre cultures génétiquement modifiées, conventionnelles et bio : liberté de choix.” L’objectif de cette réunion est de recueillir l’opinion des 25 sur cette question controversée.

 

Les opposants aux OGM organisent, en parallèle, une contre manifestation : “l’expérience montre que partout où des OGM sont cultivés, les autres cultures sont contaminées” explique l’un des conseillers de Greenpeace à Bruxelles.

 

Depuis la levée du moratoire en 2004, le développement des OGM à grande échelle est en théorie possible.Pour l’instant, seuls les Espagnols se sont lancés dans cette expérience sur 58 000 hectares. Selon Greenpeace, l’Espagne serait d’ailleurs confrontée à une contamination “sans précédent” de son agriculture traditionnelle.

 

Quelques grands principes énoncés par la Commission sont valables pour toute l’Europe : liberté de choix pour les agriculteurs, libre fonctionnement du marché commun, etc…En revanche, d’autres points comme les seuils de présence fortuite dans les champs non-OGM ou le régime d’indemnisation des agriculteurs contaminés sont fixés par chaque pays.

 

Cependant, les tentatives pour bannir les OGM sont nombreuses. A l’initiative de la Haute-Autriche et de la Toscane, le réseau des régions sans OGM compte aujourd’hui 39 membres. Certains pays sont également récalcitrants : l’Allemagne, le Luxembourg, la Hongrie et l’Autriche ont vu leurs projets de législation sur la coexistence être critiqués par la Commission car jugés trop restrictifs.

 

Une quinzaine de pays ont déploré que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ne fasse pas d’évaluation “des effets à long terme” des OGM et qu’elle se fonde “sur les données fournies par les entreprises” qui restent “confidentielles”. A cela, le porte-parole du commissaire chargé de l’agriculture a répondu : “aucun OGM mis sur le marché n’est dangereux pour l’environnement ou la santé, la coexistence est uniquement un enjeu économique”.

Le Monde (Gaëlle Dupont) 05/04/06 – Libération (Thomas Calinon) 05&06/04/06

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Affaire Palmade : le procureur ne retient pas l’« homicide involontaire » du fœtus

Affaire Palmade : le procureur ne retient pas l’« homicide involontaire » du fœtus

Le 27 mai, le procureur de la République a annoncé le renvoi de Pierre Palmade devant le tribunal correctionnel pour ...
18_fin_de_vie
/ Fin de vie

Afrique, Australie : un manque global de soins palliatifs

En Australie, 62% des patients qui en auraient besoin ne bénéficient pas de soins palliatifs. En Afrique la situation est ...
Malte : des embryons dans un « vide juridique »
/ PMA-GPA

Malte : des embryons dans un « vide juridique »

En 2023, 125 bébés sont nés par PMA à Malte. Un « record ». Mais 12 embryons congelés se trouvent ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres