Clonage : le démenti d’Antinori

Publié le 15 Juil, 2002

Le Dr Antinori vient de démentir avoir obtenu une première grossesse par clonage humain, propos qui avait été publié le 12 juillet dans le journal Libération (cf revue de presse du vendredi 12/07/02). Il a probablement pris conscience d’avoir réalisé un délit. En effet, l’Italie est en train de se doter d’une législation interdisant le clonage humain. Elle prévoit une peine de 10 à 20 ans de prison, une lourde amende et la radiation de l’ordre des médecins. Déjà adopté par la Chambre des députés, ce projet sera discuté au Sénat cette semaine.
Dans son démenti, Séverino Antinori affirme "qu’il n’a jamais parlé de clonage qui est un terme cinématographique et pas scientifique mais qu’il a seulement commenté certains aspects de la reprogrammation génétique cellulaire, recherche dans laquelle il est actuellement impliqué (…) avec une attention particulière pour la production de cellules souches comme source pour réparer des cellules cardiaques, nerveuses, hépatiques et embryonnaires, en particulier dans les cas graves de stérilité masculine". 
Revenant sur ces propos, le généticien Axel Kahn s’insurge contre l’argument de la stérilité : "Permettre à un couple de fabriquer et d’adopter le jumeau d’un des deux conjoints, en l’occurrence le père, ce n’est pas une thérapeutique de la stérilité" souligne t-il. Il rappelle que les partisans du clonage thérapeutique emploient des périphrases du type "isolement de cellules souches embryonnaires à partir d’embryons obtenus par transfert somatique de noyau" pour mieux faire accepter leurs travaux, mais qu’il s’agit en fait bien de clonage. Axel Kahn  rappelle qu’à ses yeux le clonage est une technique précieuse pour comprendre les mécanismes de la différenciation cellulaire. D’un point de vue scientifique et éthique, rien ne s’oppose à ces expériences sur les mammifères, excepté sur l’être humain. Seules des considérations financières peuvent expliquer que ces expériences soient menées sur l’homme : cela coûte moins cher que sur d’autres types de mammifères. De plus cela pourrait rapporter gros en cas de clonage reproductif… 
Quant au Conseil présidentiel américain sur la bioéthique, il s’est prononcé jeudi contre le clonage reproductif "premier pas vers le contrôle génétique de la génération future".

Libération (Corinne Bensimon – Natalie Levisalles) 15/07/02 – La Croix (Marianne Gomez) 15/07/02 – Le Figaro 13/07/02

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres