C’est un garçon : deux femmes poursuivent la clinique de PMA

Publié le 28 Mar, 2022

Heather Wilhelm-Routenberg et Robin Routenberg-Wilhelm se sont adressées à la clinique de fertilité CNY de Latham, dans l’Etat de New York. Alors que la clinique leur avait assuré que l’embryon était de sexe féminin, Heather découvre qu’elle est enceinte de 15 semaines d’un petit garçon. Il naît finalement en décembre 2020. Aujourd’hui, les deux femmes poursuivent la clinique pour « 11 chefs d’accusation, notamment rupture de contrat, faute professionnelle médicale et coups et blessures ».

« On l’a mis là contre ma volonté »

Heather « traumatisée d’avoir été agressée sexuellement », ne veut concevoir que des filles. La clinique de procréation aurait assuré aux deux femmes que « ce ne serait pas un problème ».

Les deux femmes s’engagent alors dans un parcours de PMA. Des embryons sont fabriqués à partir d’ovocytes de Robin et de sperme issu d’un donneur. Un embryon est ensuite implanté dans l’utérus d’Heather.

Les deux femmes découvrent le sexe du bébé au moment du dépistage prénatal qui visait à identifier d’éventuelles anomalies chromosomiques. « J’ai senti que mon corps était pris en otage, affirme Heather. J’ai supposé qu’il s’agissait de l’embryon de quelqu’un d’autre, pas d’un mauvais embryon qui était à nous. » « Non seulement le bébé dans mon corps n’est pas le nôtre, pense-t-elle alors, mais il est de sexe masculin et on l’a mis là contre ma volonté, tout comme un viol. »

Heather refuse d’avorter, espérant que l’un de « ses » embryons ait été implanté chez une autre femme. Et qu’elle pourrait « échanger à la naissance ».

Après une enquête, la clinique finit par confirmer qu’il s’agit bien de « leur » embryon. « Nous avons choisi le CNY parce qu’il était d’accord pour que nous puissions sélectionner des embryons féminins, affirme Heather. Nous n’avons jamais eu l’intention d’utiliser les mâles. »

« C’est la raison pour laquelle je fais ça, parce que j’aime tellement mon enfant »

« C’est un être innocent, il ne méritait pas tout ça, déclare Heather qui explique avoir eu beaucoup de mal à tisser un lien avec le petit garçon. La clinique a gâché quelque chose de si important : les premières années de notre bébé. » « C’est la raison pour laquelle je fais ça, explique-t-elle pour justifier son pourvoi en justice – parce que j’aime tellement mon enfant. Nous pensons que notre fils méritait ce lien dès le départ. »

 

Source : New York Post, Amy Klein (27/03/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-pregnant-1245703_640
/ Tous les autres thèmes

Rupture prématurée du sac amniotique : des réparations spontanées grâce au fœtus

Des scientifiques japonais de l'université de Kyoto se sont penchés sur des cas où le sac endommagé « se répare de ...
L’impact de la grossesse sur le cerveau du père
/ Tous les autres thèmes

L’impact de la grossesse sur le cerveau du père

"L’expérience des soins apportés à un nourrisson peut laisser une trace dans le cerveau des nouveaux parents" ...
Inde : Quatre femmes décèdent dans un "camp de stérilisation"
/ IVG-IMG

Inde : Quatre femmes décèdent dans un “camp de stérilisation”

Fin août, quatre Indiennes sont décédées dans un "camp de stérilisation" à la périphérie de la capitale de l’Etat de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres