Cancer : une nouvelle piste de traitement avec CRISPR ?

Publié le 10 Juil, 2023

Des scientifiques de l’université de Yale ont découvert une nouvelle piste de traitement pour lutter contre le cancer. En utilisant l’outil d’édition de gènes CRISPR, l’équipe a « éliminé » les « chromosomes supplémentaires » des cellules cancéreuses et a constaté qu’elles ne pouvaient plus se développer de manière incontrôlée. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Science [1].

Les cellules humaines saines possèdent 23 paires de chromosomes, mais on observe depuis plus d’un siècle que la majorité des cellules cancéreuses en ont en plus. Le rôle exact de l’aneuploïdie dans le cancer restait à ce jour un « mystère ».

En utilisant l’outil ReDACT [2] qu’ils ont mis au point, les chercheurs ont compris que « des gènes spécifiques qui stimulent la croissance du cancer étaient codés sur trois chromosomes au lieu des deux habituels » dans les cellules aneuploïdes. En supprimant le chromosome supplémentaire, les cellules perdaient la capacité de former des tumeurs malignes.

Une nouvelle cible thérapeutique

L’équipe a ensuite vérifié si ce mécanisme pouvait être exploité en tant que cible thérapeutique pour le cancer. Un gène connu sous le nom d’UCK2 s’est déjà révélé « sensible à certains médicaments », et les chercheurs ont constaté que les cellules possédant une copie supplémentaire du chromosome 1, sur lequel se trouve le gêne UCK2, étaient plus sensibles à ces médicaments.

Les chercheurs ont mélangé des cellules normales et aneuploïdes dans des lots, ces dernières représentant 20% des cellules. Ils ont constaté que, sans intervention, les cellules aneuploïdes se développaient jusqu’à représenter 75% du lot au bout de neuf jours. Mais lorsqu’elles étaient traitées avec des médicaments qui ciblent UCK2, les cellules aneuploïdes ne représentent plus que 4% du lot après neuf jours.

« Cela nous a appris que l’aneuploïdie peut potentiellement servir de cible thérapeutique pour le cancer », affirme Jason Sheltzer, auteur principal de l’étude. « Presque tous les cancers sont aneuploïdes, donc si vous avez un moyen de cibler sélectivement ces cellules aneuploïdes, cela pourrait, en théorie, être un bon moyen de cibler le cancer tout en ayant un effet minimal sur les tissus normaux, non cancéreux », explique-t-il.

Jusqu’à présent les scientifiques n’ont travaillé que sur des cellules in vitro. Ils envisagent désormais de passer à des essais animaux.

 

[1] Science, Vishruth Girish et al. Oncogene-like addiction to aneuploidy in human cancers, 6 Jul 2023, DOI: 10.1126/science.adg4521

[2] Restoring Disomy in Aneuploid cells using CRISPR Targeting

Source : New Atlas, Michael Irving (09/07/2023) – Photo : iStock

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...
Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres