CANCER : l’urgence de doper les soins pour améliorer la fin de vie

Publié le : 9 septembre 2014

Selon une étude publiée dans la revue Cancer, une des publications de l’American Cancer Society, et réalisée en Allemagne, « de nombreux patients hospitalisés dans les centres de cancérologie ne meurent pas dans la dignité« . 

 

Pour réaliser cette étude, Karin Jors chercheur au Centre universitaire de médecine de Fribourg (Allemagne) et ses collègues ont réalisé un sondage auprès de médecins et infirmières répartis du 16 hôpitaux appartenant aux 10 centres de cancérologie du länder du Bade-Wurtemberg. 

 

Les critères ont été les suivants : qualité des soins de fin de vie, structure d’accueil des patients (chambre), formation médicale des soignants, communication avec l’équipe médicale. Sur « 1131 répondants, seuls 57% ont estimé que les patients peuvent mourir dans la dignité au sein de leur unité« . En outre, « la moitié des membres du personnel interrogés ont indiqué qu’ils ont rarement assez de temps pour s’occuper des patients qui meurent » et « 55% d’entre eux ont trouvé que les chambres disponibles pour les patients en fin de vie n’étaient pas satisfaisantes« . Du côté de la formation, l’étude révèle que sur 6% des médecins sondés, seuls « 19% des répondants ont estimé qu’ils avaient été bien formés pour prendre en charge les soins des patients mourants« . 

 

A la suite de la publication de cette étude, Karin Jors a précisé : « Dans notre société vieillissante, il est prévu que le nombre de morts à l’hôpital continuera à augmenter dans les années à venir, et beaucoup de ces décès seront imputable au cancer. Pour cette raison, il est particulièrement important que les centres de cancérologie s’efforcent de créer un environnement confortable et digne pour les patients mourants et leurs familles« . Elle ajoute : «  Avant tout, il faut que les membres du personnel disposent de moyens suffisants pour prendre soin de ces patients« .

 

Ainsi, les chercheurs estiment que les soins palliatifs doivent être intégrés dans le cursus de soins de cancérologie standard lors des études de médecine. De plus, des normes en matière de soins de fin de vie doivent être élaborées et « un programme complet de soins palliatifs pour le personnel médical au sein des établissements de santé » doit être mis en place. Enfin, davantage de recherches doivent être réalisées dans ce domaine. 

<p>Pourquoi docteur? (Julien Prioux) 08/09/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres