Canada : remise en cause de l’alimentation et de l’hydratation « à la cuillère » en fin de vie pour les personnes démentes ?

Publié le : 23 juin 2017

Au Canada le 8 juin 2017, le sénat de l’Oregon a voté la loi Bill 494 sur les directives anticipées, qui autorise indirectement l’arrêt de nutrition et d’hydratation, même de façon ordinaire, à des patients malades et atteintes de démence ou de maladies psychiques. Elle doit encore être approuvée par la Chambre des Représentants.

 

Cette loi fait écho à l’histoire de Hora Harris, diagnostiquée Alzheimer à 56 ans, il y a huit ans. Elle rédige alors des directives anticipées selon lesquelles aucune mesure qui prolongerait sa vie ne doit être prise « à partir du moment où elle serait dans l’incapacité de comprendre ce qu’elle vit et d’être présente à elle-même ». Quelques années plus tard, son mari demande à la justice d’arrêter l’alimentation de sa femme jugée artificielle puisque cette dernière dépend de l’aide d’une tierce personne pour la nourrir à la cuillère. En juillet 2016, le juge, considérant que les directives anticipées de Nora ne concernaient que l’alimentation et l’hydratation artificielles par sonde et non à la cuillère, a rejeté la demande de l’époux.

 

Mais la « Bill 494 » pourrait étendre la notion d’alimentation et d’hydratation artificielles à « une alimentation assistée par une tierce personne à la cuillère ».

<p>Institut Européen de Bioéthique (20/06/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres