Canada, Maroc, Argentine : l’avortement fait débat

Publié le : 17 octobre 2011

Le 14 octobre 2011, les évêques canadiens se sont opposés à la décision du gouvernement d’accorder des fonds à la Fédération Internationale pour le Planning familial (IPPF). Dans sa lettre adressée au premier ministre, Mgr Wiesner, président du Conseil d’administration de l’organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF), rappelle que l’IPPF travaille à faire reconnaître l’IVG comme un "droit" et utilisera l’argent des contribuables canadiens pour "promouvoir l’avortement en Afghanistan, au Bengladesh, au Mali, au Soudan et Tanzanie […] sous couvert d’éducation". Il invite le gouvernement à "rediriger ces six millions de dollars vers des organisations qui respectent véritablement la vie et la dignité des femmes et des enfants, à toutes les étapes".

Le même jour au Maroc, la ministre du développement social et de la famille Nouzha Skalli a déclaré que la réforme pour une légalisation de l’avortement pour des "cas extrêmes" comme "le viol, l’inceste ou les malformations profondes du fœtus" faisait parti du programme gouvernemental. Actuellement, l’article 449 du code pénal marocain prévoit des peines de prison pour "l’avorteur et l’avortée ainsi que les personnes intermédiaires, sauf quand il s’agit de préserver la santé ou la vie de la mère".

Après les élections présidentielles en Argentine, deux projets de loi visant à élargir la légalisation de l’avortement seront étudiés début novembre 2011 par le Congrès. A l’heure actuelle, l’IVG est autorisée en cas de danger pour la santé de la mère, de viol et pour les femmes handicapées. Les deux propositions de loi voudraient légaliser l’avortement jusqu’à trois mois de grossesse mais aussi l’autoriser jusqu’au terme pour les exceptions précédemment citées. Mi-septembre 2011, les Eglises locales manifestaient leur inquiétude dans un communiqué : "Nous voulons dire ensemble que quand une mère est enceinte, il ne s’agit pas seulement de protéger une vie, mais deux, celle de la mère et celle de son fils ou sa fille en gestation. Les deux doivent être préservée et respectées".

Le Monde.fr avec AFP 14/10/11 - Libération 14/10/11 - Zenit 14/10/11 - La Croix (Gilles Biasette) 17/10/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres