Bloqueurs de puberté : des données « insuffisantes »

Publié le 4 Mar, 2024

Après avoir évalué les données actuelles sur l’utilisation de bloqueurs de puberté et d’hormones antagonistes chez les mineurs, une revue systématique [1] actualisant de celle menée par le National Institute for Health and Care Excellence [2] (NICE) en 2020, considère que ces données sont insuffisantes et insiste sur l’importance du suivi psychologique et psychothérapeutique (cf. « La transition de genre est devenue incontrôlable » : l’alerte d’une psychiatre « pionnière » dans ce domaine).

Des études peu nombreuses

Concernant les bloqueurs de puberté, aucune étude nouvelle présentant les « caractéristiques minimales de qualité clinique et scientifique »[3] n’a été repérée par les auteurs. Or, les neuf études analysées par le NICE en 2020 n’ont pas fait état d’effets positifs « clairs, standardisés et enregistrés objectivement ».

En revanche, les chercheurs ont identifié deux études récentes répondant aux critères définis. Ces recherches ne portaient que sur des jeunes filles à qui l’on a administré de la testostérone. Dans certains cas, les études ont observé des améliorations de l’anxiété et de la dépression, ainsi qu’une propension à la réduction des tendances suicidaires, mais n’ont pas pu « clairement attribuer » ces effets aux hormones administrées.

Dans l’ensemble, les auteurs n’ont rien trouvé de nouveau ou de significatif. La plupart des études disponibles sont de nature observationnelle, et nombre d’entre elles présentent des lacunes méthodologiques. Face à ce constat, le professeur Florian Zepf, de l’hôpital universitaire d’Iéna et auteur de la revue, pointe la nécessité de mener « des études contrôlées, à long terme, claires et concluantes, [qui] font défaut à l’heure actuelle ».

Des risques pour les mineurs

« Dans l’ensemble, nous en savons encore très peu sur le développement des mineurs qui ont reçu des bloqueurs de puberté ou des hormones antagonistes (…). De nombreux aspects différents doivent être pris en compte et nous manquons actuellement de données solides à long terme », souligne le professeur. « Il n’y a pas de preuves suffisantes qui démontrent que les bloqueurs de la puberté et les hormones antagonistes peuvent être utilisés en toute sécurité et améliorer de manière significative au fil du temps la dysphorie de genre et la santé mentale chez les mineurs concernés » poursuit-il (cf. Transition de genre chez les mineurs : le volte-face du NHS).

Or, alors que la puberté est marquée par des « changements physiques, cognitifs, sociaux et psychologiques », la bloquer peut « ralentir le développement psychosocial chez les jeunes » (cf. Bloqueurs de puberté : un effet souvent négatif sur la santé mentale des adolescents). Les chercheurs estiment qu’il n’y a pas encore eu de recherches suffisantes pour établir dans quelle mesure le fait de bloquer la puberté peut être complètement ou même partiellement réversible dès que ces traitements sont stoppés (cf. Dysphorie de genre : un hôpital abandonne le traitement hormonal chez les mineurs, jugé « expérimental »).

 

[1] Florian D. Zepf et al, Beyond NICE: Aktualisierte systematische Übersicht zur Evidenzlage der Pubertätsblockade und Hormongabe bei Minderjährigen mit Geschlechtsdysphorie, Zeitschrift für Kinder- und Jugendpsychiatrie und Psychotherapie (2024). DOI: 10.1024/1422-4917/a000972

[2] l’Institut national pour la santé et l’excellence des soins

[3] Les études devaient porter sur l’administration de bloqueurs de puberté ou d’hormones antagonistes spécifiquement chez les mineurs souffrant de dysphorie de genre. Elles devaient comparer les effets de ces interventions à un groupe témoin, et les résultats devaient porter sur les effets de ces interventions sur la dysphorie de genre et la santé mentale.

Source : Medical Xpress, Uta von der Gönna (27/02/2024) – Photo : Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres