Atteint de l’X fragile, un donneur de sperme interdit de contacter sa descendance

Publié le 3 Juin, 2022

Au Royaume-Uni, un homme atteint du syndrome de l’X fragile[1] a publié une annonce le présentant comme “donneur de sperme potentiel” sur une page des réseaux sociaux destinée à des femmes homosexuelles en quête de donneur. Sans leur expliquer les conséquences de sa pathologie[2]. Une décision de justice lui a interdit tout contact avec les enfants nés à partir de ses gamètes. Le juge du tribunal des affaires familiales a par ailleurs pris la décision de divulguer son identité. Une « décision inhabituelle ». « Je n’ai aucune confiance dans le fait qu’il ne fera pas office de donneur de sperme à l’avenir », a justifié le juge.

Pour le juge Lieven, James MacDougall, âgé de 37 ans, a « profité de la vulnérabilité de ces jeunes femmes et de leur grand désir d’avoir des enfants ». Selon lui, 15 enfants ont vu le jour suite à ses dons de gamètes. Pour certains d’entre eux, James MacDougall avait demandé au tribunal la responsabilité parentale ou de pouvoir les contacter. Mais pour la Cour, « le fait qu’il n’ait pas assumé la responsabilité de son propre état et qu’il n’ait pas semblé se préoccuper de l’impact à long terme sur les mères et, potentiellement, sur les enfants, est un facteur permettant de conclure qu’il ne devrait pas se voir confier la responsabilité parentale des enfants ».

Le juge a toutefois reconnu que ces femmes étaient « irresponsables » d’avoir eu recours à ce donneur « sans se renseigner correctement sur son dossier médical ». Sa pathologie ne l’autorise pas à donner son sperme dans une clinique réglementée.

 

[1] Maladie génétique qui entraîne un déficit intellectuel souvent associé à des troubles du comportement autistiques et à des signes physiques caractéristiques, comme un visage étroit et allongé, des oreilles et un front proéminents, des doigts anormalement souples et des pieds plats.

[2] « Elle était mentionnée dans au moins deux des accords juridiques signés par les mères, mais sans aucune explication sur les conséquences d’un X fragile »

Source : The Guardian, Helen Pidd (31/05/2022) – Photo : Freeimages

Partager cet article

Synthèses de presse

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

Une ordonnance publiée au JO le 2 février étend certaines dispositions de la loi de bioéthique aux territoires du Pacifique ...
Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n'est plus nécessaire pour modifier sa CNI
/ Genre

Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n’est plus nécessaire pour modifier sa CNI

La Cour suprême de Hong Kong a jugé que les personnes transgenres pouvaient changer de sexe sur leur carte d'identité ...
Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?
/ PMA-GPA

Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?

Une pratique baptisée le « don gestationnel du corps entier » qui a suscité la polémique sur les réseaux sociaux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres