Arrêt Perruche : victoire en demi teinte

Publié le : 10 janvier 2002

A la veille de l’adoption par le gouvernement  de l’amendement « anti-Perruche » celui-ci soulève d’ores et déjà de nombreuses réactions.
La plupart se félicitent de cette décision qui vient contrecarrer la jurisprudence Perruche. Jean-François Mattéi qui avait lui même déposé un amendement en décembre dernier se «
félicite de voir le gouvernement à présent convaincu qu’il faut légiférer ». « Je me réjouis enfin du large consensus qui se dessine » et il estime « qu’il faut laisser ce texte aller au sénat où il pourra être amendé et amélioré ». Il ajoute cependant que « la logique de l’indemnisation ne doit pas se substituer à la logique de la solidarité nationale ». Georges Sarre, du Mouvement des Citoyens juge également que, sous réserves que le texte définitif respecte bien les intentions du gouvernement, cet amendement « correspond très exactement à la proposition de loi » qu’il avait déposé.
Jean François Chossy rappelle que le texte présenté aujourd’hui est le fruit d’un travail entamé il y a un an par le Collectif contre l’handiphobie, complété par d’autres amendements et enfin repris par le gouvernement. 
Jerry Sainte-Rose, avocat général à la Cour de cassation trouve « globalement satisfaisante » la proposition du gouvernement car il estime que dans cette affaire « la cour de cassation a manqué de sagesse ». Il souligne cependant que ce texte devra être amélioré notamment en ce qui concerne l’indemnisation de l’enfant sa vie durant, dans la mesure où la rente attribuée devrait, dans le cadre actuel, être versé aux parents et non à l’enfant lui même. Il rappelle également que cet amendement ne changera rien pour la famille Perruche et les autres familles concernées par les décisions de la Cour de cassation, car la loi n’est pas rétroactive.
Les associations de familles de personnes handicapées affichent également leur satisfaction. Xavier Mirabel, porte parole du Collectif contre l’handiphobie (CCH), est satisfait de voir que le principe de la proposition de loi que le CCH avait proposé aux députés a été repris. Il s’inquiète et regrette que le 3ème alinéa introduise toujours une discrimination entre les personnes handicapées dont les parents attaquent les médecins et les autres. Enfin, cet alinéa concerne la possibilité d’indemnisation pour les parents ce qui sous entend pour Xavier Mirabel « que la naissance handicapée représente un préjudice pour les parents ». L’ensemble des responsables associatifs regrette que le soutien financier accordé aux familles victimes du handicap reste réservé aux personnes souffrant d’un handicap décelable rappelant que pour un tiers des handicapés, « il n’existe pas de solution dans ce pays ».

Pour faire le point, consultez le dossier :

Arrêt Perruche

La Croix (Marianne Gomez) 10/01/02 – Le Monde (Paul Benkimoun) 10/01/02 – Le Figaro (Laurence de Charrette) 10/01/02 - Gènéthique

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres