Appel pour les mères porteuses

Publié le 14 Déc, 2010

Alors que le parti socialiste (PS) débat du projet de loi de bioéthique mardi 14 décembre 2010, 58 personnalités proches du PS ont signé une tribune sur Le Monde.fr pour demander une "légalisation encadrée" de la gestation pour autrui (GPA). Les signataires déclarent que "la gestation pour autrui ne sera une authentique pratique altruiste que si elle est encadrée" et ils préconisent d’interdire la GPA aux femmes qui voudraient porter un enfant pour l’un de leurs descendants ainsi que toute rétribution financière de la mère porteuse. Ils affirment que "c’est à la société de prendre en charge le coût de la grossesse, comme dans le cas du congé maternité". Pour eux, "aujourd’hui, à travers les interdictions inscrites dans la loi de bioéthique, on interdit à des parents la naissance d’enfants désirés".

Parmi les signataires se trouvent Elisabeth Badinter, Geneviève Fraisse, Caroline Fourest, Antoinette Fouque, les anthropologues Maurice Godelier et Anne Cadoret, la sociologue Irène Théry, les psychanalystes Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco, plusieurs députés socialistes dont Serge Blisko, Patrick Bloche, André Vallini, Aurélie Filippetti et Alain Vidalies. Bruno Julliard, secrétaire national à l’éducation du PS a également signé ainsi que 9 sénateurs dont Michèle André et François Rebsamen.

Cette tribune est une réponse au texte s’opposant à la GPA, signé par des figures du PS et plusieurs personnalités il y a 3 semaines (Cf. Synthèse de presse du 23/11/10).

Le Monde (Anne Chemin) 14/12/10 – La Croix 14/12/10

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres