AMP : le dilemme des parents face à leurs embryons congelés

Publié le 8 Déc, 2006

Pour créer des embryons in vitro dans le cadre d’une fécondation in vitro, la femme doit subir une stimulation ovarienne qui permettra de recueillir en une fois une dizaine d’ovocytes. Ces ovocytes sont ensuite fécondés avec les spermatozoïdes du conjoint. Une dizaine d’embryons sont ainsi créés. Deux embryons maximum sont réimplantés chez la femme, pour éviter les risques encourus par une grossesse multiple. Les autres embryons, dits "surnuméraires", sont congelés avec l’accord des parents pendant cinq ans au bout desquels les embryons sont détruits. Si les parents désirent agrandir leur famille, certains seront implantés plus tard dans l’utérus maternel. Quand il n’y a plus de "projet parental", les parents doivent décider du sort de leur embryon : la destruction, le don à un couple stérile, le don à la recherche. 

Nathalie et son mari ont eu recours à une FIV en 2003. Ils ont des jumeaux de 3 ans et ne désirent pas d’autres enfants. Ils doivent décider d’ici 2 ans du sort de ses 5 embryons congelés. Elle témoigne :"cela me pèse énormément. J’ai beau tourner la question dans tous les sens, je ne sais pas quelle décision prendre". Pour Laurence qui a 4 embryons congelés : "comment décider de détruire ou de donner ce qui s’avère être mes enfants en devenir, les frères ou sœurs potentiels de mes jumeaux ?".

Pour Laure Camborieux, présidente de l’association Maïa qui vient en aide aux couples infertiles, l’information aux parents sur la problématique des embryons surnuméraires est insuffisante. Faute d’aide, les parents "jouent à la politique de l’autruche". Le Dr Erik Emard, biologiste responsable du centre PMA de la polyclinique de l’Atlantique à Nantes, constate que "moins de 10 % des couples se rappellent à nous au bout des cinq ans".

Selon Le Figaro, fin 2004, 134 358 embryons congelés étaient conservés. 59 % bénéficiaient d’un "projet parental". Près de 6 300 embryons ont été donnés à la recherche. Quelques 9300 parents ont choisi de confier leurs embryons à l’adoption.

Le Figaro (Delphine de Mallevoüe, Catherine Petitnicolas) 08/12/06

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

animal-1238374_960_720_ixabay
/ Génome

Maladie d’Alzheimer : une étude prometteuse chez la souris

L’injection d’une protéine amyloïde-β mutée dans l’hippocampe de souris génétiquement modifiées pour « mimer la maladie d’Alzheimer », a permis de réduire ...
Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires
/ Genre

Irlande du Nord : les directives sur le genre supprimées pour les écoles primaires

Les directives qui indiquaient que « les enfants peuvent prendre conscience qu'ils sont transgenres » « entre trois et cinq ...
justice
/ Genre

Japon : une femme transgenre reconnue père d’un enfant

La Cour suprême du Japon a reconnu qu’une femme transgenre était le père d’une petite fille conçue grâce à son ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres