Alfie Evans respire toujours, ses parents espèrent son transfert à Rome

Publié le : 24 avril 2018

Les médecins de l’Hôpital Pédiatrique Alder Hey de Liverpool ont débranché[1] hier soir Alfie[2] Evans, petit garçon de presque deux ans, en état semi-végétatif. La décision a eu lieu en fin de soirée, alors que le premier ministre italien venait d’accorder, quelques heures plus tôt, la nationalité italienne à l’enfant pour faciliter son transfert vers l’hôpital pédiatrique romain Bambino Gesu.

 

Les médecins d’Alder Hey avaient déclaré que le cerveau et le cœur d’Alfie étaient trop endommagés pour survivre plus de quelques minutes à la suppression de l’assistance respiratoire. Mais contre toute attente, onze heures plus tard Alfie respire toujours ! « Cette résistance physique ‘inattendue’ d’Alfie à la prétendue insuffisance respiratoire létale des médecins représente une ‘falsification’ – selon le terme de Popper – des preuves de la perte complète de la fonctionnalité du système nerveux central. Les fonctions du tronc cérébral de l’enfant sont en fait suffisamment intactes pour permettre une respiration autonome (…). Même son cœur continue à battre », explique Don Roberto Colombo, professeur de la Faculté de médecine de l’Université catholique du Sacré-Cœur (Rome).

 

Celui-ci trouve étonnant qu’une telle résistance n’ait pas incité les médecins à lui rendre son assistance respiratoire et juge que cette décision « laisse perplexe médicalement et éthiquement ». Il y voit un « acharnement thanatologique », c’est-à-dire « une obstination idéologique et sans fondement clinique ni éthique raisonnable, pour mettre fin à l’existence d’un patient ». Quand les médecins anglais parlent d’« obstination déraisonnable », Don Roberto Colombo parle d’« obstination anti-curative ». Il ajoute même que « c’est le contraire des authentiques ‘soins palliatifs’, qui consistent à prendre soin du patient incurable jusqu’au dernier moment de sa vie ».

 

L’hôpital lui a finalement remis son hydratation au bout de six heures, puis de l’oxygène au bout de onze heures. L’avion préparé pour le transfert d’Alfie de Liverpool vers Rome est prêt, en attente des autorisations administratives, les équipes médicales du Bambino Gesu aussi.

 

[1] Alfie Evans devrait être débranché aujourd’hui

[2] Alfie : le juge approuve le plan de fin de vie contre l’avis des parents

<p>agensir.it (24/04/2018)</p> <p>Il Messaggero (24/04/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres