Aide médicale à mourir au Québec : la Cour d’appel valide la loi

Publié le 22 Déc, 2015

La Cour d’appel de Québec a rendu son jugement mardi, validant les articles contestés de la loi québécoise sur l’« aide médicale à mourir », entrée en vigueur le 10 décembre dernier (cf. Gènéthique du 10 décembre 2015).

 

Le juge Michel Pinsonnault de la Cour supérieure avait « statué que certains articles de la loi québécoises étaient incompatibles avec le Code criminel, qui relève d’Ottawa, et qu’en cas de conflit, la loi fédérale a préséance sur la loi provinciale » (cf. Gènéthique du 2 décembre 2015).

Par sa décision du 22 décembre, la Cour d’appel a infirmé ce jugement, donnant raison au gouvernement québécois. Elle conteste le raisonnement du juge Pinsonnault, considérant que les dispositions du Code criminel sur lesquelles il s’est appuyé « ne peuvent à elles seules empêcher l’entrée en vigueur et l’application de la loi ».

 

La ministre de la Justice du Québec « a accueilli avec satisfaction le jugement ». Le docteur Saba, à l’origine de la procédure d’appel s’est pour sa part dit « déçu, mais pas surpris », conscient de « la pression politique ». Pour lui, « cette décision ne change pas le fond des choses : la solution pour la souffrance, ce n’est pas une injection létale, c’est de bons soins palliatifs ».

 

Pour autant le jugement de la Cour d’Appel « porte uniquement sur le motif de la préséance des lois fédérales ». Les personnes à l’origine de l’invalidité de la loi vont donc continuer à contester sa validité constitutionnelle en invoquant “les autres motifs soulevés, notamment sur le fait que l’aide médicale à mourir n’est pas un ‘soin de santé’ ».

La presse canada (22/12/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres