Afrique du Sud : La justice autorise une euthanasie

Publié le 3 Mai, 2015

Pour la première fois en Afrique du Sud, le jeudi 30 avril, la justice a autorisé un médecin à « assister la mort de son patient ».

 

Robin Stransham-Ford, 65 ans, en phase terminale, souffrait d’un cancer de la prostate diagnostiqué en 2013. La Haute cour prétorienne a jugé que son médecin « ne serait en aucune façon susceptible d’être poursuivi  en justice s’il l’aidait à mourir ». L’homme est mort peu après que le verdict ait été rendu.

 

Sean Davidson, fondateur de Dignity SA, un lobby pro-euthanasie, « espère que le cas de Mr Stransham-Ford servira de précédent pour tout le pays » et considère le verdict rendu comme « une avancée importante vers la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie ».

 

Les ministres sud-africains de la Santé et de la Justice, le Conseil des professionnels de la santé d’Afrique du Sud et le Bureau central du ministère public se sont opposés à la décision du juge Hans Fabricius, responsable de l’affaire.

 

Si ce dernier estime « qu’il n’est pas exact de dire que (l’euthanasie) sera désormais accessible à tous », le porte parole du ministère public, Mthunzi Mhaga, déclare que ce cas a et aura des « implications conséquentes au point de vue médical et constitutionnel ».

BioEdge (Xavier Symons), 02/05/2015

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres