Vitrification d’ovocytes : pour une augmentation du don d’ovocytes

Publié le : 9 novembre 2010

L’annonce de la naissance de jumeaux nés à partir d’ovocytes congelés fait pression sur les pouvoirs publics afin que soit autorisée cette technique de congélation ultra-rapide des ovocytes.

Certes, ces naissances ont été obtenues au moyen d’une technique lente de congélation d’ovocytes, mais en contournant sciemment la loi en cette période de révision de la loi de bioéthique, le Pr René Frydman milite surtout pour une autorisation immédiate de la vitrification des ovocytes, jugée plus performante. En effet, la loi n’autorise la conservation des gamètes pour soi que "lorsqu’une prise en charge médicale est susceptible d’altérer sa fertilité ou lorsque celle-ci risque d’être prématurément altérée" (art. L.2141-11). Ce n’était pas le cas de la maman qui a accouché mardi dernier et qui était engagée dans une procédure classique d’assistance médicale à la procréation (AMP). Le message délivré par le Pr Frydman est donc le suivant : "la science ne se laissera pas entraver par la loi, les progrès escomptés justifiant les coups de force".

Mais pourquoi faudrait-il autoriser la vitrification d’ovocytes ?

Le Dr Joëlle Belaïsch-Allart, dans l’édito du numéro d’octobre de la revue Profession Gynécologue, intitulé "Pour la vitrification des ovocytes et la congélation des embryons" met en garde les politiques "qui ne défendent la vitrification que pour essayer d’interdire la congélation embryonnaire". Elle affirme qu’il "serait catastrophique pour l’AMP en France et pour les couples que le progrès acquis par l’autorisation de la vitrification ovocytaire se paye de l’interdiction de la congélation embryonnaire". Pour elle, la vitrification n’a d’autre intérêt que de permettre d’augmenter le don d’ovocytes. C’est également l’opinion du Pr René Frydman pour qui "les patientes qui n’utilisent pas tous leurs ovules seraient plus enclines à les donner". Il prône également la constitution "d’une banque publique d’ovocytes, alimentée aussi, pourquoi pas, par de jeunes femmes qui accepteraient de donner leurs gamètes".

Liberté Politique (Pierre-Olivier Arduin) 05/11/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres