Vincent Lambert ira-t-il dans l’unité de vie spécialisée d’Oberhausbergen?

Publié le : 7 janvier 2015

Ce matin de déroulent à Strasbourg les plaidoiries devant les juges de la grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans l’affaire Vincent Lambert (Cf. Synthèse Gènéthique du 7 novembre 2014).

 

Les parents de Vincent Lambert demandent l’autorisation de transférer leur fils dans une unité de vie spécialisée, la Maison Béthel[1], à Oberhausbergen, sous la responsabilité du Dr Bernard Jeanblanc. Cette unité de vie spécialisée (UVS) accueille 10 patients. « Ce n’est pas de l’accompagnement de fin de vie. L’espérance de vie de ces gens est énorme » précise le Dr Jeanblanc sur Europe1 le mardi 6 janvier. Et d’ajouter que les familles sont dans une forte attente vis-à-vis de la qualité des soins. Il est favorable à accueillir Vincent Lambert dans son UVS, qui pour l’instant, « se trouve dans une structure de soins palliatifs, certainement de qualité, mais dont les objectifs ne sont pas les bons »  poursuit le Dr Jeanblanc, puisque qu’« il n’est pas levé, il n’a pas de kinésithérapie, il n’a pas eu de réadaptation de sa déglutition ».

 

Le Dr Bernard Jeanblanc, spécialise en réanimation, a cosigné une tribune avec le Dr Xavier Ducrocq, neurologue au CHU de Nancy, dans le Figaro. Celle-ci commence par ces mots: « Le saviez-vous? Le 24 juin 2014, la peine de mort a été rétablie en France. Elle l’a été sans consultation du pouvoir législatif ni des citoyens, à l’encontre de Vincent Lambert ». Dans leur tribune, les médecins battent en brèche, les idées fausses véhiculées sur Vincent Lambert: non, il n’est pas « plongé dans une inconscience dont il ne sortira plus », non, il ne se laisse pas mourir, non, il n’es pas « maintenu artificiellement en vie », non il n’est pas en « fin de vie ».  « Vincent Lambert  ne demande pas qu’on le tue. Il a besoin qu’on l’aime. Comme il est. »

 

Il existe environ 300 UVS en France, où familles et personnel médical forment de projets de vie pour les patients accueillis.

 

La décision de la CEDH sur le fond ne sera pas connue avant plusieurs semaines ou plusieurs mois.

 

 

[1] Etablissement privé à but non lucratif, près de Strasbourg

<p>L'OBS 06/01/2015 - Europe1 06/01/2015 - FigaroVox (Dr Bernard Jeanblanc et Dr Xavier Ducrocq) 06/01/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres