Vers un traitement pour les personnes atteintes de trisomie 21

Publié le : 19 novembre 2009

Des chercheurs américains  de l’université de Stanford, en Californie ont réussi à rétablir les capacités intellectuelles de souris de laboratoires atteintes par un équivalent animal de la trisomie 21.

Jusqu’à maintenant on attribuait ces retards mentaux à un mauvais fonctionnement de l’hippocampe, une zone du cerveau essentielle à la mémorisation. Or les chercheurs ont constaté que les souris malades ont un taux anormalement bas de norépinéphrine, une hormone qui joue un rôle clef dans ces mêmes processus d’attention et de mémorisation et qui agit dans l’hippocampe. Or, on a constaté chez les personnes trisomiques une dégénérescence des neurones dans la zone du cerveau normalement chargée de fabriquer cette hormone.

Les chercheurs ont alors stimulé la production de norépinéphrine chez les souris malades à l’aide de médicaments utilisés pour le traitement de la dépression et du déficit d’attention. Ils ont alors constaté que les souris retrouvaient des capacités intellectuelles proches de la normale.

"Nous avons de bonnes raisons de croire que ce type de thérapie pourrait avoir un effet bénéfique sur les enfants atteints de trisomie", affirme le principal auteur de l’étude, Ahmad Salehi, publiée le 18 novembre dans la revue Science.

Plusieurs années sont encore nécessaire pour s’assurer de l’innocuité de cette thérapie.

L'Express (Gilbert Charles) 19/11/09 - NouvelObs.com (Cécile Dumas) 20/11/09 - Le Figaro (Martine Perez) 22/11/09 - La Croix.com (Dr Henri Bléhault, propos recueillis par Pierre Bienvault) 19/11/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres