Verdict dans l’Affaire Anne Pasquiou

Publié le 5 Mar, 2001

Après 2 jours et demi de procès, le jury a condamné Anne L. qui avait noyé son fils autiste de 10 ans, à trois ans de prison avec sursis. Il a suivi l’avis de l’avocat général Michel Belin qui avait demandé  aux jurés “une peine de prison de principe qui ne soit pas dérisoire, mais assortissez-la du sursis, afin que cette peine soit bienveillante“.

 

En dépit de la compassion qu’elle engendre, cette  condamnation de ce qui reste un meurtre, permet de mettre en exergue les paroles de l’avocat général : “la vie de l’autiste vaut d’être vécue”.

 

L’avocat de Mme Pasquiou, Maître Pierre Abegg avait dénoncé quant à lui “la faillite de cette société” face à l’autisme et “la défaillance criminelle, coupable des institutions dans leur rapport aux parents“.

 

En conclusion, le président Jean-Luc Buckel a tenu exceptionnellement à commenter la décision en s’adressant à l’accusée : “La cour et les jurés ne peuvent excuser le geste grave que vous avez commis (…) mais ils ont compris les circonstances dans lesquelles vous avez été amenée à commettre ce meurtre. Nous n’avons pas le pouvoir de vous pardonner. Mais je suis intimement convaincu que vous ne pourrez vous reconstruire que si, vous même, vous vous pardonnez.”

Mars 2001

Partager cet article

Synthèses de presse

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs
/ Genre

Ecosse : le NHS interrompt la prescription de bloqueurs de puberté pour les mineurs

La clinique Sandyford de Glasgow a décidé d’interrompre la prescription de bloqueurs de puberté aux mineurs ...
« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie
/ Fin de vie

« Soins d’accompagnement » : médecins et infirmiers opposés au changement de terminologie

Infirmiers et médecins indiquent leur préoccupation « en raison des divergences avec la terminologie internationale et leurs conséquences pour la ...
Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?
/ Fin de vie

Mettre le feu au matelas de son grand-père pour l’« aider à mourir » ?

Une femme de 32 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir tué son grand-père en mettant le feu ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres