Une prise de sang chez la femme enceinte capable de prédire la naissance d’un “bébé plume”

Publié le 26 Juil, 2012

Une équipe de chercheurs issue de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Otawa (IRHO) et de l’Université d’Otawa, dirigée par le Dr Gruslin a "découvert une protéine présente dans le sang des femmes enceintes qui permettrait de prédire si le fœtus risque ou non d’avoir une croissance inadéquate".
Il résulte des recherches que "les femmes qui ont un taux élevé d’IGBP-4" aussi appelée "protéine de liaison des facteurs de type insuline 4", ont "un risque 22 fois plus élevé de donner naissance à des bébés plumes (ceux qui se trouvent dans les 5% des bébés les plus légers compte tenu de leur âge gestationnel) que les femmes dont le taux d’IGBP-4 est normal". Ainsi, pour le Dr Gruslin, "en cernant plutôt ces grossesses à risques, nous parviendrons à surveiller étroitement les femmes concernées et, avec un peu de chance, à leur permettre de donner naissance à un bébé en bonne santé".
Si l’analyse sanguine de la protéine n’en est encore qu’à un stade expérimental, le Dr Gruslin "espère qu’une version améliorée pourra être conçue et offerte aux femmes enceintes au cours des quelques prochaines années" et que les études qu’elle a menées sur cette protéine "donneront lieu à de nouvelles approches susceptibles d’améliorer la croissance du fœtus dans les cas de grossesses à risque".
 

BE Canada 408 19/07/12

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...
Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine
/ PMA-GPA

Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine

Selon une étude, une régulation défectueuse du génome lors de la spermatogénèse pourrait être une cause potentielle d’infertilité masculine ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres