Un risque de trisomie 21 après ICSI

Publié le 2 Juil, 2001

L’ISCI (Injection intracytoplasmique de spermatozoïde) est de plus en plus utilisée dans le cadre des procréations médicalement assistées

Une des indications de cette technique est l’existence chez le mari d’un syndrome de Klinefelter (génotype 47, XXY) qui entraîne une stérilité. Comme on pouvait s’y attendre, il existe dans ce syndrome une fréquence accrue de spermatozoïdes anormaux (24,XY ou 24,XX) avec risques d’enfants anormaux (47,XXY ; 47,XYY ; 47,XXX).

Rappelons qu’un spermatozoïde normal est 23,X ou 23,Y. De plus, les auteurs ont observé une fréquence accrue de spermatozoïdes disomiques 21 (24,X,+21 ou 24,Y,+21) pouvant entraîner une trisomie 21 chez les enfants conçus par ICSI. Les auteurs recommandent donc d’étudier le taux de disomie 21 dans les spermatozoïdes, avant une ISCI.

Quotidien du Médecin 02/07/01

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres