Un nouveau biomarqueur prédictif des chances de grossesse ?

Publié le 16 Mai, 2022

L’horloge épigénétique des spermatozoïdes a été reliée aux résultats de grossesse dans la population générale, selon une étude parue dans Human Reproduction.

 « L’âge chronologique est un déterminant important de la capacité et du succès de la reproduction chez les couples en désir d’enfant, mais il n’englobe pas les facteurs génétiques et les conditions environnementales externes cumulés, et il ne sert donc que de mesure indirecte du “véritable” âge biologique des cellules », explique J. Richard Pilsner, auteur principal de l’étude.

Or « l’analyse de la qualité du sperme selon les directives de l’Organisation mondiale de la santé est utilisée pour évaluer l’infertilité masculine depuis des décennies, mais elle reste un mauvais outil de prédiction des résultats de la reproduction » poursuit-il. Mesurer l’âge biologique des spermatozoïdes pourrait donc aider à mieux évaluer « la contribution masculine au succès reproductif, en particulier chez les couples infertiles ». L’âge biologique étant mesuré par l’âge épigénétique des cellules.

Les chercheurs ont mené leur étude sur 379 partenaires masculins de couples tentant de concevoir naturellement. Un vieillissement épigénétique supérieur des spermatozoïdes a été associé à un temps plus long pour concevoir.

Source : Medical Press, Wayne State university (13/05/2022)

 

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres