Un commerce de tissus foetaux dévoilé

Publié le : 13 juin 2003

Le Daily Telegraph révèle qu’une société hollandaise, Crucell, serait impliquée avec la société de Sydney, Parexel International, dans un commerce de tissus foetaux issus d’avortements (90 000 chaque année en Australie) afin de les exporter en Hollande à des fins médicales. Pour cela ils auraient sollicité l’accord du Comité d’éthique de l’hôpital Queen Elizabeth d’Adélaïde.

 

Les tissus seraient envoyés au laboratoire de Crucell en Hollande qui en ferait des lignées cellulaires pour la recherche de vaccins pour les maladies infectieuses. Les médecins qui auraient participé à la collecte de ces tissus foetaux seraient payés en heure de travail effectué.

 

Le nom de l’hôpital d’où seraient issus les tissus foetaux n’a pas été communiqué pour des « raisons commerciales », expliquent Crucell et Parexel.

Cette affaire est rendue publique alors que le Conseil national de santé et de recherche médicale vient de donner ses indications sur l’utilisation des tissus foetaux pour la recherche, selon lequel il ne doit y avoir aucun commerce en ce domaine.

 

Les personnes qui ont monté ce réseau, premier réseau commercial de foetus en Australie, espéraient cacher leur commerce au public. Par ailleurs, notons que Crucell et Parexel International sont cotés au Nasdaq.

<p>Daily Telegraph (Tony Wall) 10/06/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres