Un bilan défavorable pour la pilule 3ème génération

Publié le : 28 juin 2013

L’ANSM a rendu publique, le 26 juin dernier, une étude sur les risques liés à la prise de Contraceptif Oraux Combiné (COC) de 1ère, 2ème et 3ème génération. L’analyse porte sur une cohorte de plus de 4,3 millions de femmes, de 15 à 49 ans, résidant en France et ayant pris au moins une fois un COC, remboursé par l‘assurance maladie. Le résultat de cette étude montre que le risque d’embolie pulmonaire consécutif à la prise d’une pilule de 3ème génération est deux fois supérieur qu’à la suite de la prise d’une pilule de 1ère ou 2ème génération.
 
 
Toutefois  l’étude montre, d’une part, que le risque d’embolie pulmonaire diminue de 25% lorsque le dosage en estrogène est le plus faible (20 µg) et ce, autant pour les pilules de 1ère, 2ème, et 3ème génération. D’autre part, que les prescriptions de pilules de 3ème génération ont diminué de 43% entre mai 2011 et mai 2012 alors que la vente des pilules 1ère et 2ème génération a augmenté de 34%. Ainsi trois quart des ventes de COC concernent des pilules de 2ème et 1ère génération.
 
 
En conclusion le risque d’embolie pulmonaire lié à la prise d’un COC 3ème génération est établi par l’ANSM, risque qu’elle relativise au vue du dosage en estrogène et de la réalité des prescriptions qui favorisent les pilules de 1ère et 2ème génération.

 

<p> Lequotidiendumedecin.fr (Dr Béatrice Vuaille) 26/06/2013 - Hospimedia (Jean-Bernard Gervais) 27/06/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres