UK: La clause de conscience supprimée pour les gynécologues et obstétriciens

Publié le : 5 mai 2014

 Au Royaume-Uni, le Royal College of Obstetricians and Gynecologists vient d’interdire de qualification les médecins et infirmières qui refuseraient de prescrire ou d’administrer des contraceptifs à leurs patients. En outre, les étudiants stagiaires qui feront valoir leur clause de conscience ne se verront pas remettre leur diplôme même s’ils sont parvenus à valider le reste de leur cursus. 

Les directives disposent qu’ « achever son cursus (théorie et pratique) signifie être disposé, au cours de la formation, à prescrire toute forme de contraception hormonale, y compris dans l’urgence, et être disposé à conseiller et renvoyer, si nécessaire, à toute autre méthode intra-utérine. Ne pas achever son cursus rend les candidats inéligibles à l’obtention du diplôme de FSRH [Faculty of Sexual & Reproductive Healthcare] ».

Pour David Jones, directeur de l’Anscombe Bioethics Centre d’Oxford, cette règlementation est « une forme injuste de discrimination à l’encontre des professionnels sur la base de leur croyance personnelles, et indirectement, une forme de discrimination contre les patients qui partagent les mêmes croyances et qui peuvent souhaiter être traités par les professionnels avec compréhension et bienveillance vis-à-vis de leur positions« . 

<p> Bioedge (Xavier Symons) 02/05/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres