Trisomie 21 : les conséquences du diagnostic prénatal en Europe

Publié le 10 Mai, 2021

Dans une étude publiée par la revue European Journal of Human Genetics, trois chercheurs livrent des chiffres accablants sur les interruptions sélectives de grossesse après diagnostic in utero de trisomie 21 : en Europe, entre 2011 et 2015, un enfant sur deux porteur de trisomie 21 n’a pas vu le jour du fait de cette sélection.

Les trois auteurs ont analysé les données de 1901 à 2015 et constaté l’ampleur des conséquences de la mise en place du diagnostic prénatal de la trisomie 21 en Europe.

Un tournant avec le développement de l’amniocentèse

Le nombre de naissances de personnes porteuses de trisomie 21 a atteint un pic dans les années 40. Puis, avec la diffusion de la contraception, la prévalence diminue : les femmes n’ont plus d’enfant au-delà d’un certain âge ; moins de bébés porteurs de trisomie 21 sont donc conçus. Mais à partir des années 80, les couples ont des enfants plus tardivement, la prévalence augmente alors continuellement, jusqu’à aujourd’hui. Parallèlement, dans les années 70 est mise au point l’amniocentèse, examen de diagnostic, répandu à partir des années 80. C’est là que le nombre d’interruptions médicales de grossesse explose. Depuis, le nombre de bébés porteurs de trisomie 21 avortés n’a cessé d’augmenter.

Des taux d’avortements variables en Europe

Entre 2011 et 2015, les chercheurs estiment qu’il y a eu chaque année 8031 naissances d’enfants porteurs de trisomie 21 en Europe. Sans interruptions médicales de grossesse, ce chiffre aurait atteint 17 331 naissances. Cela représente une diminution de 54% des naissances en moyenne, un taux qui est à 0% à Malte mais atteint 68% en France, 71% en Italie et 83% en Espagne.

En 2015, l’étude estime à 417 000 le nombre de personnes porteuses de trisomie 21 vivant en Europe. Sans la sélection prénatale, ce chiffre aurait été de 572 000. Les auteurs font également remarquer que dans les pays d’Europe de l’Ouest, le nombre de personnes porteuses de trisomie 21 n’a augmenté que du fait de l’allongement de leur espérance de vie, passée en un demi-siècle de 30 à 65 ans.

Et l’introduction du DPNI ?

L’étude s’arrêtant en 2015, l’impact du dépistage prénatal non invasif (DPNI) n’a pas été évalué. Toutefois les auteurs font l’hypothèse qu’« avec le DPNI, on détecte mieux et on avorte plus ».

Mais les auteurs font également l’hypothèse que la diffusion de vidéos de sensibilisation ou la parole d’associations rappelant que « l’avortement n’est pas quelque chose de normal à faire pour la trisomie 21 » peut avoir un impact positif sur le nombre de naissances.

Le changement de regard initié ces dernières années sur la trisomie 21 doit s’intensifier, pour briser la systématicité qui fait passer du diagnostic prénatal à l’avortement.

Cet article de la rédaction Gènéthique a été initialement publié sur Aleteia sous le titre : Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal

 

Partager cet article

Synthèses de presse

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un "droit au suicide"
/ Fin de vie

Italie: selon le tribunal d’Ancône il existe un “droit au suicide”

Le tribunal d'Ancône interprète un arrêt de la cour constitutionnelle dépénalisant l'aide au suicide comme un droit personnel au suicide ...
Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d'avortement
/ IVG-IMG

Australie: Marie Stopes International ferme des cliniques d’avortement

Dans la région du Queensland, les cliniques d’avortement n’étant plus « financièrement viables », fermeront en juillet ...
10_open_data
/ E-santé

Neuf applications de santé sur dix récoltent les données de leurs utilisateurs

Une étude révèle de « graves problèmes de protection de la vie privée et des pratiques de protection de la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres