Trisomie 21 : dépistage ”inégal”

Publié le 31 Jan, 2007

Le Monde revient sur l’étude publiée par la Direction générale de l’Inserm sur le dépistage prénatal de la trisomie 21, selon laquelle il existerait des “inégalités” dans l’accès à ce dépistage (cf. synthèse de presse du 23/01/07).

D‘après l’Inserm, “la France se caractérise par une politique de dépistage très active des anomalies congénitales par rapport à d’autres pays” en offrant “un large accès au dépistage de la trisomie 21“. En 2004, pour 750 000 naissances, 630 000 femmes ont eu recours à un premier dépistage (dosage de certains marqueurs présents dans le sang). A la suite de ce test, 36 000 amniocentèses ont été pratiquées. “Faute de registre national, on ignore toutefois combien de naissances d’enfants trisomiques ont de la sorte été prévenues“, précise Le Monde.

L‘étude révèle des “disparités socio-économiques (…) dans la répartition des naissances d’enfants trisomiques“. Le nombre de naissances d’enfants trisomiques est deux fois plus élevé chez les femmes sans profession que chez celles appartenant à des catégories socioprofessionnelles supérieures. Pour les chercheurs, l’objectif à atteindre est “d’atténuer ces différences“.

Le quotidien précise que “le sujet est toutefois assez complexe” et que les chiffres mettent en avant un phénomène rarement évoqué. 5.5% des femmes se sachant enceinte d’un enfant atteint de trisomie 21 ont choisi de ne pas avorter. Sur ces 5.5%, 11% étaient des femmes n’ayant pas d’activité professionnelle et entre 15% et 21% des femmes d’origine africaine. Le journaliste suggère qu’il y a peut-être d’autres raisons à la disparité de ces naissances que l’inégalité du suivi de la grossesse…

[NDLR : Est-il utile de rappeler que parler de “naissances prévenues“, c’est parler de l’avortement des enfants trisomiques ?]

Cf. Advances in Medical Technology and Creation of Disparities: The Case of Down Syndrome, Babak Khoshnood, Catherine De Vigan, Véronique Vodovar, Gérard Bréart, François Goffinet, and Béatrice Blondel, December 2006, Vol 96, No. 12, American Journal of Public Health 2139-2144 – DOI: 10.2105/AJPH.2005.069377

Le Monde (Jean-Yves Nau) 31/01/07

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »

La WPATH a recommandé la prescription de « bloqueurs de puberté » et d’hormones du sexe opposé, sans attendre les conclusions ...
Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise
/ Don d'organes

Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise

Plusieurs mesures sont envisagées : augmenter les échanges transfrontaliers, le recours aux donneurs « marginaux » ou la généralisation du consentement présumé ...
Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté
/ Genre

Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté

Selon un rapport indépendant, le taux de suicide n'a pas fortement augmenté depuis que le NHS a restreint l'accès aux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres