Syndrome d’hyperstimulation ovarienne : Décès d’une femme de 23 ans

Publié le 8 Nov, 2022

En Inde, une jeune femme, âgée de 23 ans et en bonne santé, est décédée lors d’une procédure de PMA. L’autopsie a révélé que le décès était dû au syndrome d’hyperstimulation ovarienne[1], une complication qui peut être occasionnée lors de prélèvements d’ovocytes. Son cœur s’est arrêté pendant la procédure et les médecins ne sont pas parvenus à la réanimer. La jeune femme originaire de Delhi était mère d’une petite fille de 4 ans.

Les principaux facteurs de risque du syndrome d’hyperstimulation ovarienne sont le jeune âge, un faible indice de masse corporelle, le syndrome des ovaires polykystiques et des épisodes antérieurs de ce syndrome. Selon l’Organisation mondiale de la santé, de 0,2% à 1% de l’ensemble des patientes ayant eu recours à la fécondation in vitro en ont été victimes. Dans sa forme sévère, c’est un syndrome rare.

« Récemment, les dons d’ovocytes ont augmenté en raison de la forte demande de FIV », rappellent les auteurs d’un rapport d’autopsie de la jeune femme, recommandant d’informer « correctement » les femmes envisageant de donner leurs ovocytes quant aux risques potentiels (cf. Australie : 40% d’augmentation des syndromes d’hyperstimulation ovarienne)

 

[1] Le décès a été causé par “une insuffisance respiratoire due à un œdème pulmonaire aigu et massif” en lien avec un syndrome d’hyperstimulation ovarienne, précisent les auteurs d’un rapport d’autopsie publié dans la revue Autopsy Case Reports.

Source : BioEdge, Michael Cook (08/11/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres