Suicide assisté : deux médecins allemands condamnés

15 Avr, 2024

Le 8 avril dernier, un médecin allemand de 74 ans, Christoph Turowski, a été condamné à trois ans de prison pour homicide volontaire après avoir aidé une femme de 37 ans atteinte de « graves troubles psychiques » à mettre fin à ses jours. En février dernier, Johann Spittler, « un des praticiens du suicide assisté allemand les plus connus », avait également été condamné à la même peine après avoir fourni une substance létale à un homme atteint de schizophrénie paranoïde et souffrant de dépression chronique. Les deux médecins ont fait appel de leur condamnation (cf. Allemagne : l’interdiction du suicide assisté remise en cause ; Allemagne : rejet de deux propositions de loi sur le suicide assisté).

Dans le premier cas, la question était notamment de savoir si la femme de 37 ans avait décidé de recourir au suicide assisté en toute conscience malgré sa maladie ou si son désir de mourir ne constituait pas un élément de ses troubles psychiques. D’après la justice, les antécédents médicaux des patients n’ont pas été examinés et les médecins n’ont pas sollicité leurs confrères pour obtenir un second avis.

Depuis un arrêt de 2020 de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, un médecin peut fournir une substance létale à certains patients (cf. Suicide assisté en Allemagne : quand « le droit à la mort devient la mort du droit »).

Actuellement, l’Académie pour l’éthique dans la pratique de la médecine (Akademie für Ethik in der Medizin), élabore des lignes directrices à destination des médecins. Même si elles n’auront pas force obligatoire juridiquement, elles sont destinées à fournir « une orientation éthique » aux professionnels de santé (cf. Allemagne : le Conseil d’éthique entre prévention du suicide et “autodétermination”).

 

Source : Courrier international (09/04/2024)

DERNIERES ACTUALITES
Euthanasie : un devoir de vigilance politique

Euthanasie : un devoir de vigilance politique

Emmanuel Hirsch, professeur émérite d’éthique médicale de Université Paris-Saclay, a été auditionné par la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à l’accompagnement des malades et de la fin de vie (cf. Fin de vie : une commission orientée vers...

Partager cet article
[supsystic-social-sharing id='1']

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité