« Reproduire des souris sans ovocyte » : une annonce à tempérer

Publié le 15 Sep, 2016

L’annonce de chercheurs britanniques et allemands en début de semaine a « alimenté de nombreux fantasmes » : ils seraient parvenus à « reproduire des souris sans recourir à des ovocytes » (cf. « Reproduire des souris sans recourir à des ovocytes » ?).

 

Toutefois, si cette étude « bouleverse » les dogmes de la biologie de la reproduction, la précision est de rigueur : ces chercheurs sont parvenus « à produire des souriceaux normaux en introduisant un spermatozoïde dans une cellule dont on pensait qu’elle ne pourrait jamais l’accepter ». Cette « cellule » est un « embryon de souris issu de la parthénogenèse », « un phénomène par lequel un embryon peut exceptionnellement débuter son développement sans être passé par l’étape de la fécondation ». Le développement d’un parthénote « est condamné à s’interrompre après quelques divisions ». La nouveauté réside donc ici dans la capacité du parthénote à intégrer l’ADN apporté par le spermatozoïde, pour « former un embryon viable ».

 

Cependant, « ces résultats ne signifient absolument pas pour autant que l’on soit parvenu à produire des souriceaux sans recourir à des ovocytes, dans la mesure où les parthénotes sont bel et bien issus d’ovocytes ». De plus, « le spermatozoïde, et avec lui son capital génétique, est toujours indispensable au développement d’un embryon de mammifère ». Ainsi, cette étude menée chez la souris ne « permet pas d’imaginer qu’un spermatozoïde puisse féconder n’importe quel type de cellule somatique, comme par exemple une cellule de peau ». Deux génomes, « maternel et paternel, sont nécessaires au développement d’un embryon de mammifère ».

Sciences et avenir, Marc Gozlan (15/09/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres