Des souriceaux nés de deux « pères »

Publié le 8 Mar, 2023

Lors du troisième sommet mondial sur l’édition du génome humain, un chercheur japonais, le professeur Katsuhiko Hayashi, de l’université de Kyushu, a annoncé être parvenu à fabriquer des ovocytes à partir de cellules de souris mâles (cf. Une équipe chinoise produit des souriceaux à partir de deux souris femelles). Ses travaux ont été soumis pour publication à la revue Nature.

La recherche a consisté à « transformer des chromosomes sexuels mâles XY en chromosomes femelles XX ». Après avoir prélevé une cellule de la peau d’une souris mâle et reprogrammée en cellule souche, les scientifiques ont supprimé le chromosome Y avant de dupliquer le chromosome X. Les cellules ont ensuite été cultivées dans un organoïde ovarien.

Lorsque les ovules ont été fécondés avec des spermatozoïdes « normaux », les scientifiques ont obtenu environ 600 embryons qui ont été implantés dans des « souris porteuses ». Elles ont donné naissance à sept souriceaux [1] qui « semblaient en bonne santé ». Ces souris ont eu « une durée de vie normale » et une descendance à l’âge adulte.

Vers l’obtention d’ovocytes humains ?

Les chercheurs tentent à présent de reproduire l’expérience chez l’homme. Ce qui serait un « énorme progrès », estime le professeur Amander Clark qui travaille sur les gamètes cultivés en laboratoire à l’université de Californie à Los Angeles. En effet, jusqu’à présent, les scientifiques ne sont pas encore parvenus à fabriquer des ovocytes humains, même à partir de cellules féminines. Seulement des précurseurs qui ont arrêté leur développement avant la méiose (cf. Japon : des cellules souches humaines génèrent des précurseurs d’ovocytes).

Pour le moment la technique ne peut pas être utilisée « en toute sécurité » sur des êtres humains, a indiqué le professeur Hayashi. Les ovocytes étaient « de mauvaise qualité ». Cependant, il estime que « les problèmes actuels seront surmontés dans dix ans ». Une technique qu’il souhaiterait mettre à la disposition des couples, y compris homosexuels. Katsuhiko Hayashi a toutefois déclaré ne pas être favorable à ce qu’elle soit employée par un homme pour obtenir un bébé à partir de ses spermatozoïdes et d’ovocytes fabriqués artificiellement. « Techniquement, c’est possible, reconnaît-il. Je ne suis pas sûr qu’à ce stade, ce soit sûr ou acceptable pour la société. »

 

Complément du 16/03/2023 : L’étude a été publiée dans le journal Nature le 15 mars : Murakami, K., Hamazaki, N., Hamada, N. et al. Generation of functional oocytes from male mice in vitro. Nature (2023). https://doi.org/10.1038/s41586-023-05834-x

[1] L’« efficacité » d’environ 1% est inférieure à celle obtenue avec des ovules féminins « normaux », où environ 5% des embryons donnent lieu à une naissance vivante.

Sources : BBC, Pallab Ghosh (08/03/2023) ; The Guardian, Hannah Devlin (08/03/2023)

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres