Réaction sur le clonage d’embryons en Grande Bretagne

Publié le : 13 août 2004

Cette demande déposée il y a 2 mois auprès de la HFEA a divisé la communauté scientifique britannique. Six experts britanniques en question éthique avaient écrit à la HFEA lui demandant de mettre son veto à une telle demande. Pour le Dr David King, biologiste moléculaire et directeur du groupe anticlonage Human Genetics Alert, « cette recherche est un gaspillage d’argent public et franchit pour la première fois les limites de l’éthique ». Suzie Leather, présidente de la HFEA, insiste sur la « pondération » et « l’attention extrême » qui ont conduit à cette décision.

Le Vatican a rappelé que « le Pape a toujours condamné sans équivoque toute forme de clonage d’embryons humains, même à des fins thérapeutiques ». Concernant les projets de clonage humain à but thérapeutique, Jean Paul II a déjà déclaré : « de telles procédures ne sont pas moralement acceptables, même si elles ont des buts louables, du moment qu’elles impliquent la manipulation et la destruction d’embryons ». 

Philippe Douste Blazy, ministre de la Santé, considère que les recherches sur les cellules embryonnaires à visée thérapeutique sont « fondamentales » mais peuvent être uniquement menées sur des embryons surnuméraires ne faisant plus l’objet de projet parental.
Le député Jean Leonetti, premier vice-président du groupe UMP, a « regretté qu’une nouvelle étape soit franchie dans la transgression des règles de respect de l’embryon humain ».

La Fédération internationale des associations médicales catholiques « dénonce les intérêts industriels et financiers cachés derrière les recherches sur les cellules souches [embryonnaires] ».

Le Monde (Jean-Yves Nau) 13/08/04 - La Croix 13/08/03 - Nouvelobs.com 17/08/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres