Réaction du Père de Malherbe sur l’avis n°107 du CCNE

Publié le : 26 novembre 2009

Le Père Brice de Malherbe, délégué de l’Archevêque de Paris pour les établissements hospitaliers catholiques, revient sur l’avis n°107 du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) sur les diagnostics anténatals (cf. Synthèse de presse du 17/11/09).

Il souligne que la recommandation de lever l’interdiction de procéder  à la détection de la trisomie 21 lors d’un dépistage préimplantatoire (DPI), est en totale contradiction avec le souci du CCNE de réduire "le risque lié à la tentation de privilégier l’élimination anténatale plutôt que la recherche des moyens de guérir les maladies". Et de s’étonner : "comment le comité peut-il inciter les pouvoirs publics à « veiller à améliorer les représentations sociales liées au handicap des personnes atteintes de trisomie 21 » et en même temps accentuer le rejet des enfants porteurs de handicap en ouvrant le DPI à la trisomie 21 ?".

Le Père de Malherbe rappelle la mise en garde du Conseil d’Etat qui, dans son rapport sur la révision de la loi de bioéthique, avait conclu : " tout assouplissement du DPI induit des risques supplémentaires d’eugénisme ". Toujours lors de cette révision de la loi de bioéthique, les citoyens avaient également fait part de leurs "fortes réserves" quant à l’extension du recours au DPI. Selon le Père de Malherbe, le CCNE augmente donc de manière irresponsable "la pression sociale incitant au rejet de ces enfants pourtant généralement parfaitement viables et tout à fait capables de vivre une intégration familiale et sociale épanouissante malgré les souffrances qu’ils portent".

Il souligne également que cette recommandation "modifie le fond de la pratique du DPI en abolissant une limite. La trisomie pourrait ne pas être la seule malformation recherchée et la transposition à toutes les procréations assistées pourrait être envisagée".

Et de conclure que, comme l’ont affirmé les citoyens des Etats Généraux de la bioéthique, "la solution au handicap passe exclusivement par la recherche sur les maladies et non par l’élimination".

catholique-paris.cef.fr 19/11/09  

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres