Québec : 23 euthanasies « non conformes » dans la quasi-indifférence de l’Exécutif

6 Nov, 2023

Le 4e rapport annuel sur l’« aide médicale à mourir » (AMM) au Canada a été publié. Un rapport qui fait état d’une augmentation de 31,2% en un an (cf. « Aide médicale à mourir » : 13.241 décès au Canada en 2022, une hausse de 31,2%). Avec 5211 décès entre avril 2022 et mars 2023, soit 6,5% du total, cette hausse est de 42% au Québec [1]. Et parmi tous ces décès, des euthanasies « non conformes » qui n’inquiètent que peu l’Exécutif.

« Il ne faut pas regarder les statistiques comme une bonne ou mauvaise nouvelle », estime Sonia Bélanger, la ministre déléguée à la Santé et responsable des Aînés. « On le sait qu’il y a au Québec une grande ouverture par rapport à ça », commente-t-elle. « Je ne suis pas inquiète. »

La ministre n’est « pas inquiète », mais prévoit de « mandater une équipe de recherche afin de se pencher sur la situation et obtenir un avis scientifique “détaillé” », notamment pour comprendre cette hausse spectaculaire.

« 16 de ces 23 cas non conformes sont particulièrement problématiques »

La Commission des soins de fin de vie a jugé que 0,5% des actes d’AMM étaient « non conformes » (cf. « Aide médicale à mourir » : les médecins québécois rappelés à l’ordre). Sur ces 23 cas, la ministre en qualifie 16 de « particulièrement problématiques », « car les personnes ont reçu l’AMM alors qu’elles ne respectaient pas l’ensemble des critères prévus à la loi ». En effet, « elles n’étaient pas atteintes d’une maladie grave ou incurable », indique la Commission. Dans trois cas, la personne était porteuse d’un handicap (cf. Pays-Bas : des personnes euthanasiées seulement en raison de leur déficience intellectuelle).

« Face à cette situation, je m’attends à ce que le Collège des médecins fasse les interventions nécessaires et les suivis avec les médecins concernés », espère Sonia Bélanger (cf. Euthanasie pour « dépression incurable » : la CEDH ne soulève qu’un problème de procédure).

Selon les prévisions de la Commission, « l’élargissement de l’accès à l’aide médicale adopté à l’Assemblée nationale cette année fera encore augmenter les statistiques au cours des prochaines années » (cf. Le Québec élargit encore l’accès à l’”aide médicale à mourir”). « C’est important qu’on fasse les choses correctement », affirme la ministre. Espérerait-elle rassurer en dépit des faits ?

 

[1] La Presse, Tommy Chouinard, Un bond de 42 %, la ministre s’interroge (26/10/2023)

DERNIERES ACTUALITES
Euthanasie : un progrès social ? – Isabelle Marin et Sara Piazza

Euthanasie : un progrès social ? – Isabelle Marin et Sara Piazza

Isabelle Marin est médecin et philosophe de formation, Sara Piazza, psychologue clinicienne et psychanalyste. Isabelle Marin a longtemps travaillé en soins palliatifs dans un hôpital de Seine-Saint-Denis, puis, à sa retraite, dans une structure destinée aux personnes...

Canada : atteinte d’un cancer, les médecins lui proposent l’AMM

Canada : atteinte d’un cancer, les médecins lui proposent l’AMM

Agée de 57 ans, Allison Ducluzeau, une Canadienne atteinte d’un cancer de l’estomac de stade quatre, s’est vue proposer de recourir à l’« aide médicale à mourir » (AMM) par des médecins de la BC Cancer Agency (cf. L’euthanasie devient « une option de fin de vie » au...

Partager cet article

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité