Pérou : la Cour suprême autorise une euthanasie

Publié le 18 Juil, 2022

Au Pérou, la Cour suprême a confirmé le jugement autorisant Ana Estrada à recourir à l’euthanasie (cf. Pérou : la justice autorise une euthanasie). La procédure a duré 5 ans. Dans une décision antérieure, un tribunal avait exigé que « l’assurance maladie publique du Pérou fournisse “toutes les conditions” » pour l’euthanasie de cette psychologue de 44 ans. Cette décision doit « être exécutée dans un délai de 10 jours à compter de la date à laquelle elle exprime sa volonté de mettre fin à sa vie ». Ana Estrada souffre de polymyosite, une maladie dégénérative « rare ».

En vertu de la loi péruvienne, l’« aide au suicide » d’un patient en phase terminale est passible d’une peine de prison. Dans son arrêt, la Cour suprême a exempté de toute sanction le médecin qui fournira le produit destiné à mettre fin à la vie d’Ana Estrada.

« Il n’y a pas de droit de disposer de sa propre vie »

Cette décision « constitue une usurpation des fonctions législatives » a réagi l’archevêque de Piura, dans le nord du Pérou, José Antonio Eguren. « L’euthanasie est inconstitutionnelle et est également interdite par le code civil, le code pénal et la loi générale sur la santé n° 26842, qui établit que la vie de l’être humain doit être respectée depuis sa conception jusqu’à sa fin naturelle, c’est-à-dire la mort, sans intervention de tiers ou de la personne elle-même », a-t-il rappelé.

« Il n’y a pas de droit de disposer de la vie d’autrui, il n’y a pas de droit de disposer de sa propre vie », affirme Mgr Eguren. La dignité humaine « n’est pas soumise à la perception qu’une personne a d’elle-même », soutient-il. « Incurable n’est pas synonyme de ‘peu de valeur’, ou ‘moins de dignité’ ».

Pour le prélat, « légaliser l’euthanasie revient en pratique à légaliser le suicide ». « L’euthanasie et l’avortement font tous deux appel à une compassion mal comprise afin d’éliminer le plus grand bien qu’est la vie », estime-t-il, appelant à plutôt « mettre l’accent sur la médecine palliative, et être avec les malades, les accompagner, les écouter, les faire se sentir aimés et désirés ».

 

Sources : Reuters (16/07/2022) ; ACI Prensa, Diego López Marina (17/06/2022) – Photo : Freeimages

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres