Pays-Bas : plus de recours à l’euthanasie pour les personnes riches et en bonne santé ?

Publié le 25 Jan, 2021

Aux Pays-Bas, le nombre d’euthanasies augmente depuis 2006, atteignant 6361 en 2019, avec un rapport de un à sept entre les différentes régions du pays, selon l’analyse des données de l’assurance maladie publiée dans la revue BMJ Supportive & Palliative Care. L’euthanasie représentait 2% des décès en 2002, le taux est passé à 4% en 2019. Les chercheurs ont examiné les euthanasies pratiquées par « les médecins de famille » entre 2013 et 2017, soit 85% des euthanasies. Ce qui représente 25 979 demandes.

Les ratios d’euthanasie, c’est-à-dire « la proportion de cas d’euthanasie par rapport à l’ensemble des décès », sont très contrastés entre les trois grandes villes du pays. A Amsterdam, le ratio est de 12% à 14,5% supérieur à celui de Rotterdam où il s’établit aux environs de 6%. A La Haye, le ratio est passé de 7,5% à 11%. Et le taux observé dans les villes où on compte le plus d’euthanasie est 25 fois supérieur à celui observé dans les villes où on en dénombre le moins. Parmi les facteurs explicatifs de ces disparités, on identifie « l’âge, la fréquentation des églises, l’orientation politique, les revenus, l’évaluation subjective de la santé et la disponibilité des bénévoles de la communauté ».

Moins d’euthanasies avec un accompagnement

Ainsi, « les opinions politiques progressistes sont associées à des taux d’euthanasie plus élevés, tandis qu’un pourcentage plus élevé de bénévoles est lié à des taux plus faibles ». Par ailleurs, « des taux d’euthanasie plus élevés sont également associés à un revenu plus élevé des ménages et à une bonne santé mentale et physique déclarée » selon les chercheurs.

L’entreprise suisse Pegasos, affiliée à Exit International (cf. XXXXXX), s’adresse à cette clientèle, lui promettant « des délais d’attente plus courts et moins de paperasserie ». Selon magazine néerlandais Trouw, il s’agit de « la seule des six organisations suisses d’aide à la mort à fournir également une assistance au suicide à ceux qui sont “fatigués de la vie”, âgés de plus de 70 à 75 ans et qui ne sont pas gravement malades » (cf. xxxxxx), contournant « l’exigence suisse de “souffrance insupportable” » en se référant seulement à « la parole du patient lui-même » sans exiger de « certification médicale ».

La prise en compte des facteurs identifiés n’a pas permis aux chercheurs d’expliquer les différences géographiques qui demeuraient. Pour eux, « la partie inexpliquée des variations peut inclure la possibilité qu’une partie de la pratique de l’euthanasie doive être comprise en termes de sous-utilisation, de sur-utilisation ou de mauvaise utilisation ».

 

Source : BioEdge, Michael Cook (24/01/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

istock_75796805_xxlarge
/ Fin de vie

Soutien des mutuelles à l’euthanasie : « ces organismes ne font même plus semblant »

Jeudi, la MGEN a envoyé un courrier aux députés dans lequel elle indique promouvoir l'euthanasie. La présidente de la SFAP ...
Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone
/ Genre

Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone

Deux chercheurs ont analysé le tissu ovarien de personnes transgenres ayant subi une ablation des ovaires après un traitement hormonal ...
Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin
/ Genre

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin

L'algorithme peut reconnaître, dans plus de 90% des cas, si les IRM sont celles d'un « biologiquement masculin ou féminin ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres