Objection de conscience

Publié le : 23 juin 2004

Selon le droit canonique (le droit de l’Eglise Catholique) "ceux qui persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste ne seront pas admis à la sainte communion."  Le caractère sensible de la déclaration des évêques américains vient pour partie de ce que seul l’avortement est cité ; on aurait pu ajouter les divorcés remariés. D’autre part, dans son Encyclique "Evangelium Vitae", Jean-Paul II en appelait aux responsables politiques "afin qu’ils ne promulguent pas de lois qui méconnaissant la dignité de la personne humaine, minent à la racine la vie même de la société civile."

Selon Michel Kubler, "comment dans cette société telle que que nous la connaissons, exercer un mandat législatif de manière responsable, au regard à la fois de la conviction religieuse et du service des citoyens, sinon en acceptant quelques compromis ?" et "Le pain eucharistique n’est -il pas celui dont chaque fidèle à besoin pour avancer sur sa route, d’autant plus nécessaire quand les responsabilités sont plus lourdes."

Ndlr : ce commentaire n’engage pas genethique.org

La Croix (Michel Kubler) 23/06/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres