Mise en garde contre un engouement excessif pour les cellules souches embryonnaires

Publié le 18 Juin, 2009

La levée des restrictions sur le financement de la recherche sur les cellules souches embryonnaires par le président Obama provoque une vague d’enthousiasme aux Etats-Unis. Pourtant, un chercheur, James M. Wilson, de l’université de Pennsylvanie et spécialiste de la thérapie génique lance un avertissement sur cet engouement excessif et sur le danger de passer trop vite aux essais cliniques, comme cela fut le cas pour la thérapie génique.

En 1995, un rapport du National Institut of Health (NIH) indiquait que les mécanismes de la thérapie génique n’étaient pas encore suffisants pour faire des études cliniques sur des malades. Pourtant en 1999, James M. Wilson lançait une expérience clinique humaine qui aboutissait à la mort d’un patient. "Les forces sociales et économiques qui ont poussé à une explosion dans la quantité d’essais cliniques pour la thérapie génique sont aussi présentes dans le domaine de la recherche sur les cellules souches embryonnaires", s’alarme-t-il. Et de citer : "des modèles théoriques simplistes, du financement sans promesses de résultats, des légions de patients qui espèrent un traitement miraculeux ainsi que l’enthousiasme débridé de certains scientifiques". Pour lui ces facteurs peuvent entraîner une "hyperaccélération" du transfert de la recherche vers les essais cliniques.

Pour James M. Wilson, on ne peut donc outrepasser la recherche fondamentale et les essais sur les animaux car ils sont préalables à des essais cliniques concluants.

Cyberpresse.ca 15/06/09

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres